4 mai 2018
Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire
Appel à la mobilisation
Par: Denis Bélanger

Pierre Nault, président de l’ACMSH. Photo: Gracieuseté

Mont-Saint-Hilaire traverse la période la plus importante de son histoire, alors que la densification des zones sensibles est au cœur des enjeux. C’est du moins l’avis de Pierre Nault, président de l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH), qui lance un appel aux gens à la mobilisation et concertation immédiate.

Le regroupement de citoyens tiendra son assemblée générale annuelle le 10 mai à 19h30 au Pavillon Jordi-Bonet. «Nous tendons la main à tous les citoyens ainsi qu’aux divers regroupements citoyens de notre ville afin de pouvoir mieux se connaître et se consulter sur un plan d’action concret qui pourra influencer nos élus afin de préserver le peu de ce qu’il reste de cette belle ville d’autrefois. Nous ne connaissons pas tous les groupes, mais nous savons qu’il y a un noyau», souligne M. Nault, qui a pris la relève de Carole Blouin à la présidence de l’ACMSH au printemps 2017. «Il faut agir maintenant avant qu’il ne soit trop tard. Il y a encore beaucoup de gens qui ne sont pas au courant de tous les dossiers.»

L’un des dossiers qui préoccupent l’Association est l’avenir de la zone A-16 située dans le secteur du chemin de la Montagne. Il y a encore plusieurs hectares zonés résidentiels à développer et les propriétaires des terrains tiennent à maintenir le seuil de densité établi de 21 unités de logement à l’hectare. Inquiète des effets potentiels sur la qualité de vie de ces développements, l’ACMSH a été de plusieurs actions sur ce dossier. Le regroupement avait notamment invité les citoyens à signer un registre pour bloquer l’adoption de deux règlements d’urbanisme. Le nombre de signatures requises n’avait pas été obtenu, mais plus de 1300 personnes s’étaient quand même déplacées. L’ACMSH avait aussi un représentant sur le Comité de l’avenir de la zone A-16 avant les dernières élections. C’était Louis Toner, maintenant conseiller municipal, qui l’occupait. Le maire Yves Corriveau n’a pas voulu redonner un siège spécifique, car il estime que M. Nault avait tenu des propos déplacés sur un autre dossier en septembre. De plus, l’élu a fait remarquer que le comité comprenait aussi d’autres citoyens membres de l’ACMSH. M. Toner siège aussi à ce comité maintenant à titre d’élu.

Pierre Nault demeure craintif quant à l’issue éventuelle du dossier de la zone A-16. «Ce n’est qu’en cours de route qu’ils se sont rendu compte que les zones H-111 et H-114 prévoyaient une trentaine et cinquantaine de logements sur Ozias-Leduc.» Le président de l’ACMSH reconnaît que la création du groupe de travail sur les collines Montérégiennes, incluant le mont Saint-Hilaire, est une nouvelle intéressante. Ce groupe de travail, sur lequel siège des élus, a pour but de délimiter un pourtour à protéger. M. Nault estime que cette mesure ne pourra être efficace que si la démarche est appuyée par un vrai cadre législatif.

L’ACMSH ne se concentre pas uniquement sur le dossier de la zone A-16. Rappelons que le regroupement date d’une vingtaine d’années et avait fait pression à l’époque pour soustraire le site de l’ancien foyer Dieppe au développement immobilier. «Il y a aussi le dossier de l’ancien terrain de camping qui devrait faire place à un développement. Le maire veut aussi déplacer le garage municipal (qui est dans le secteur) et permettre au développement de se poursuivre sur le terrain. Moi je ne l’aurais pas déplacé. Il y a aussi la qualité de l’eau et de l’air qui me préoccupe ainsi que la pollution par le bruit», énumère Pierre Nault. n

image