22 novembre 2017
Football canadien
Anthony Gosselin raconte sa première saison à Ottawa
Par: Denis Bélanger

Anthony Gosselin.

Natif d’Otterburn Park, Anthony Gosselin a sauté de joie le printemps dernier quand il a appris que le Rouge et Noir d’Ottawa de la Ligue canadienne de football (LCF) le repêchait. C’était son équipe de prédilection. Maintenant que le calendrier 2017 est terminé pour lui, il a déjà hâte à la saison 2018 pour poursuivre sa progression et obtenir plus de responsabilités.

À première vue, il peut paraître surprenant de voir que l’ancien du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke préférait dans son cœur Ottawa à la seule équipe du circuit du Québec, les Alouettes de Montréal. Gosselin a même été longtemps un partisan des Moineaux. «Mais quand j’ai vu Ottawa arriver  dans la LCF et obtenir des succès rapidement, j’ai été allumé par cette équipe. En plus, ce n’est pas loin de chez nous et Montréal n’est pas réputé pour avoir les meilleures installations.»

Avec la saison médiocre et houleuse qu’ont connue les Alouettes, Anthony Gosselin peut remercier le ciel d’avoir pu éviter ce cirque et d’évoluer avec Ottawa. «L’équipe est fort appréciée ici par ses partisans qui viennent à toutes les parties. Les billets de toutes les ‘games’ sont toujours tous vendus», ajoute-t-il.

 

Première saison satisfaisante
Évoluant à la position de centre-arrière, Anthony Gosselin s’était amené au camp du Rouge et Noir avec des attentes réalistes. Son objectif était d’être habillé pour jouer, pas nécessairement d’être partant. «Je suis en arrière de Patrick Lavoie, le meilleur fulback de la ligue. Mais dès l’an prochain, je veux être partant.»
L’Otterburnois n’a toutefois joué que  huit parties régulières et une rencontre éliminatoire, une commotion cérébrale l’ayant tenu à l’écart du jeu. Sur le terrain, il a été utilisé sur les unités spéciales, surtout pour les retours de botté. Il a été employé une seule fois à l’offensive, soit sur un converti de deux points qui a été réussi par Ottawa.

«On n’a pas su trouver une façon de m’intégrer à l’attaque cette année. Je veux m’entraîner fort pour les surprendre, ajoute celui-ci qui a un contrat de trois saisons. Dans a LCF, même avec un contrat on n’est assuré de rien, mais je ne pense pas m’en faire avec ça.»

Rendez-vous raté
La saison du Rouge et Noir d’Ottawa s’est terminée le 12 novembre où la formation s’est inclinée 31 à 20 à domicile en demi-finale de l’Est contre les Roughriders de la Saskatchewan. Gosselin a été utilisé pendant la partie. Dommage pour les champions en titre de la Coupe Grey, car le match pour le précieux trophée sera tenu dans la capitale du pays à la fin du mois. «Ce qui m’a fait le plus mal est d’avoir raté une telle occasion. Oui perdre c’est plate, mais ça fait partie de la ‘game’. J’aurais vraiment aimé ça vivre l’ambiance d’une Coupe Grey à Ottawa. Ils ont fait construire des estrades additionnelles pour ça.»

Après avoir rencontré ses entraîneurs de position et le pilote en chef, Anthony Gosselin a pu prendre toutes ses affaires et regagner Sherbrooke pour y poursuivre ses études en administration durant la saison morte. En plus de s’entraîner, il va occuper un boulot, probablement un retour à la livraison de poulet. Ne faites donc pas le saut si un grand gaillard de 6 pieds et 251 lb vient frapper à votre porte, il ne vient que vous porter votre commande. n

image