20 novembre 2020
Angle d’attaque
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Ma collègue Sarah-Eve a fait un travail de moine en étudiant la Loi privée qui régit les administrateurs du Club de Golf Beloeil. Le résultat de son travail à lire ici.

Publicité
Activer le son

Les opposants au projet du golf clament depuis quelques semaines que la vente du terrain pour la construction de résidences va à l’encontre de sa propre Loi privée. Notre journaliste a fouillé les procès-verbaux, contacté de nombreux spécialistes et parlé avec notre avocat. Résultat? L’argumentaire ne tient pas tout à fait la route. Ou très peu.
Je me permets de dire plus directement que c’est même une perte de temps de l’invoquer.
Prenez le temps de lire le texte et revenez ensuite ici. Pendant ce temps, je veux m’adresser aux opposants. Les opposants se plaignent souvent que le Golf a des moyens importants et qu’il peut se permettre l’embauche d’une firme de communication. Le combat est donc inégal.
C’est tout à fait vrai. Les sondages, les infolettres, l’envoi massif indirect de messages en faveur de la vente de la parcelle de terrain sur le site internet de la Ville demandent de la coordination et des moyens hors de portée d’un groupe citoyen. Je vous l’accorde.
Avant de continuer, petit background : j’ai étudié la communication et la communication politique, en plus de mes études en journalisme, et je dirige la section rédactionnelle de ce journal depuis huit ans. Ma principale tâche consiste à décider ce qui est publié ou pas dans ces pages. Alors voici un petit conseil pour égaliser le combat, faites-en ce que vous voulez.
On se concentre sur quelques messages, et on cesse de s’éparpiller. Le truc sur la loi du golf, c’est bien pensé, j’avoue. Mais c’est une distraction. Le citoyen n’en a rien à faire; la Ville n’en a rien à faire. Les seuls qui peuvent appliquer la Loi privée, ce sont les actionnaires du golf eux-mêmes. C’est donc mort dans l’œuf.
Les gens du golf ont compris l’importance de marteler un message. Le principal argument, c’est la hausse de taxes. Tous les arguments sont une variante de cet angle d’attaque. On ne vend pas le terrain? Hausse de taxes. La ville achète le terrain? Hausse de taxes. Le golf fait faillite? Hausse de taxes.
Les opposants devraient se concentrer sur l’environnement et la qualité de vie. En première instance, convaincre les élus du bien-fondé d’un parc nature. Et si le plan s’écrase, convaincre les riverains du terrain de ne pas accepter le changement de zonage. That’s it.
Mais bon, moi je m’en fous. En toute transparence, je n’ai aucun intérêt privé pour le golf ni une résidence à Belœil impactée par une hausse de taxes. Je regarde le dossier avec le plus de neutralité possible.

Donnons
Je veux profiter de cette tribune pour vous rappeler l’importance de donner, particulièrement cette année. Les temps sont difficiles pour les gens durement touchés par les impacts de la pandémie. Et pour les gens en situation précaire ou de pauvreté, c’est tout aussi pénible, sinon plus. Travaillons ensemble pour que la guignolée ne ressemble pas à celle de notre caricature!
Une collecte des denrées s’effectuera des deux côtés de la rivière Richelieu les 21 et 22 novembre par les Chevaliers de Colomb dans un local. (Infos : cdecbeloeil.com) et par le Centre d’action bénévole de la Vallée-du-Richelieu, aux portes (cabvr.org).

image