17 janvier 2017
Andie Duquette se confie pour menotter la cyberintimidation
Par: Denis Bélanger
L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook.

Andie Duquette prête sa voix à celles des agents de la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent pour encourager les jeunes à briser la loi du silence et dénoncer l’intimidation et la cyberintimidation. L’ancienne participante à La Voix a partagé cette semaine son histoire personnelle avec les élèves de l’école secondaire Ozias-Leduc de Mont-Saint-Hilaire.

Déjà à l’âge de 5 ans, Andie chantait pour des émissions de télévision. Ses succès ont toutefois attisé la jalousie et les insultes.

@Ci:«Le moindrement que tu es différente, peu importe c’est quoi, tu te fais écœurer. Je me faisais dire que je n’étais pas belle, pas bonne et qu’on aurait pu prendre n’importe qui.»

@Csi:- Andie Duquette

Voyant leur petite fille rentrer quotidiennement à la maison en pleurs, les parents d’Andie sont allés chercher l’aide d’un psychologue. «Cela m’a beaucoup aidé à me bâtir une carapace et à devenir la fille qui a de la <@Ri>drive<@$p> et qui ne se laisse pas piler sur les pieds. Au secondaire, j’étais prête et ça ne passait plus. J’ai vraiment passé un beau secondaire sans me faire écœurer.»

Aujourd’hui devenue une figure publique grâce à <@Ri>La Voix<@$p>, la chanteuse a vécu une histoire d’horreur avec un admirateur au comportement «fanatique». Andie Duquette a décidé de bloquer cet individu de tous ses comptes de médias sociaux lorsqu’il s’est mis à tenir des propos inacceptables à l’endroit des autres. Par la suite, elle s’est mise à recevoir des messages «haineux» de faux comptes. Un de ces messages souhaitait qu’elle soit victime d’un écrasement d’avion. Elle a toléré la situation dans le silence pendant un an.

«J’avais peur pour moi, car ce gars sait tout de moi. Je suis finalement allée voir la police, car j’avais reçu juste avant mon lancement un message disant “kaboom ton lancement”. Malheureusement, il y a un an et demi, lorsque c’est arrivé, les lois n’étaient pas comme aujourd’hui et je suis repartie bredouille en pleurant.»

La situation s’est empirée puis finalement, le vase a débordé. Andie Duquette a décidé de parler publiquement de la situation sur son compte Facebook. L’histoire a été reprise partout dans les médias et la cause a même débloqué sur le plan judiciaire. «Je suis présentement en procédure d’enquête avec ce gars-là, rapporte-t-elle. Dénoncez. Moi je pense que j’ai attendu trop longtemps avant d’en parler.»

@ST: Des règles à suivre

@R:Chargé de sensibiliser entre autres les élèves des écoles sur les risques et responsabilités reliés aux médias sociaux, le policier sociocommunautaire Éric Boulianne a approché Andie Duquette pour que son histoire puisse être racontée aux élèves. Elle a accepté de se déplacer à l’école, la première qu’elle visite. «Elle est là parce qu’elle y croit», note l’agent Boulianne.

L’agent Éric Boulianne a pris la parole avant Andie Duquette pour informer les jeunes sur la nécessité d’avoir des paramètres de sécurité sur sa page Facebook. Le policer a aussi avisé les jeunes de ne jamais accepter de diffuser une photo de leurs parties intimes et qu’ils sont responsables des gestes et conséquences de leur vie virtuelle.

Ces rencontres s’inscrivent dans le plan de lutte contre l’intimidation mis en place à Ozias-Leduc depuis des années. Les jeunes avaient déjà assisté à deux autres rencontres, dont une conférence avec une ancienne victime d’intimidation. Selon l’intervenante Carol St-Jean, l’intervention est payante, car il n’y a eu aucun cas de cyberintimidation cette année.

image