5 mai 2016
Aide et intégration jeunesse au travail célèbre ses 30 ans
Par: L'Oeil Régional
Le directeur général d'Intégration Compétences, Daniel Vermeersch.

Le directeur général d'Intégration Compétences, Daniel Vermeersch.

La Corporation aide et intégration jeunesse au travail de la Vallée-du-Richelieu (AIJT) souffle ses 30 bougies cette année. Créé en 1985 pour les jeunes sans revenus, l’organisme a vu ses services, ses besoins et sa clientèle évoluer au fil des ans. L’immigration et la santé mentale font maintenant partie du quotidien des intervenants.

Cette nouvelle réalité amène l’AIJT à changer de nom. L’organisme, qui aide des jeunes à intégrer la société et le marché de l’emploi, s’appelle désormais Intégration Compétences.

«Depuis 30 ans, on a évolué. On a été chercher différents mandats. C’est pour ça qu’on essaie d’avoir un nom différent», explique le directeur général de l’organisation, Daniel Vermeersch, en poste depuis 1992.

Avant, les services de la Corporation se limitaient surtout aux formations de groupes, à la rédaction d’un CV et aux techniques d’entrevues. Au fil des ans, différents services et programmes se sont greffés à la mission de la Corporation, dont le Carrefour jeunesse-emploi et les travailleurs de rue. En plus de 20 ans, l’AIJT est passé de huit à 30 employés.

L’embauche de psychoéducateurs a notamment été nécessaire pour répondre à des cas de plus en plus fréquents de santé mentale.

70 immigrants par année

Depuis huit ans, l’organisme s’est aussi doté d’un volet immigration pour répondre à une forte demande. Chaque année, les bureaux de la Corporation accueillent 70 immigrants venus de la France, de la Russie et du Maroc, notamment.

«On reçoit des immigrants économiques, mentionne M. Vermeersch. Ils arrivent avec de l’argent. Ils sont capables de vivre un an, deux ans.»

Le travail de la Corporation avec les immigrants vise à faire reconnaître leurs compétences. «J’avais un ingénieur qui travaillait chez McDo, donne en exemple M. Vermeersch. Il a fallu travailler pour voir comment on pourrait le sortir de chez McDo et lui trouver une “job” comme technicien.»

Chaque année, la Corporation apporte dans l’ensemble un soutien à environ 1000 jeunes de 16 à 35 ans.

Nouvelle entente pour les Carrefours jeunesse

Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale et le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec, dont fait partie le Carrefour jeunesse-emploi de la Vallée-du-Richelieu, ont signé une entente-cadre sur trois ans qui maintient un financement de 45,6M$ par année.

Cette entente permettra aussi à tous jeunes de 16 à 35 ans de recevoir de l’aide des carrefours jeunesse pour intégrer le marché du travail, tout en priorisant d’abord les jeunes chômeurs et prestataires d’aide sociale.

En Montérégie, la direction régionale d’Emploi-Québec permettait déjà aux carrefours jeunesse-emploi de desservir l’ensemble des jeunes, précise Daniel Vermeersch.  

image