28 septembre 2016
Accusé de délits sexuels, le mineur attend toujours sa peine
Par: Denis Bélanger
L’événement s’est produit dans un parc près de l’école Tournesol le 12 septembre dernier.

L’événement s’est produit dans un parc près de l’école Tournesol le 12 septembre dernier.

Accusé de délits sexuels, un suspect qui a causé tout un émoi en septembre pour s’être approché d’enfants près de l’école primaire Tournesol à Beloeil, connaîtra finalement sa sentence le 1er novembre prochain. D’ici là, il demeurera détenu.

Le mineur, que l’on ne peut identifier en raison de son âge, est revenu mardi à la Chambre de la jeunesse du palais de justice de Saint-Hyacinthe. Au départ, la peine devait être prononcée durant cette audience, mais le juge a demandé un rapport d’évaluation psychiatrique qui n’était pas encore déposé. «L’Institut Philippe-Pinel est débordé et c’est un autre établissement qui s’en chargera», nous a-t-on rapporté au greffe de la Chambre de la jeunesse.

Rappelons que l’individu est notamment accusé de contact, d’incitation et d’agression. Il a de plus été reconnu coupable mardi de bris de condition pour l’infraction près de l’école. Il lui était interdit de se trouver en présence de jeunes de moins de 15 ans sans la présence d’un adulte.

Un citoyen averti

Le suspect a été arrêté une nouvelle fois le 12 septembre alors qu’il se promenait à vélo avec un jeune garçon approché dans un parc situé près de l’école Tournesol.  L’individu aurait même incité un enfant à le suivre, en l’attirant avec des beignes, selon une source.

C’est la vigilance d’un citoyen qui a permis aux policiers de l’épingler en alertant les autorités. Ce parent aurait entendu ses enfants mentionner la présence du suspect dans le quartier. Les agents  de la Régie de police Richelieu-Saint-Laurent auraient même dit à l’individu qu’il était un héros.

À la suite de cet événement, la Commission scolaire des Patriotes et la direction de l’école Tournesol ont tenu à rappeler aux parents et aux enfants les règles de prudence. «Tout est sous contrôle. Les gens sont sortis satisfaits de la façon dont cela a été géré. Les policiers ont d’ailleurs bien géré la situation», a commenté la directrice Sylvie Fournier.

image