5 février 2020
Un livre pour Orniartho and Friends
25 années de rencontres enrichissantes
Par: Olivier Dénommée
Le 26 janvier, Stéphane Leblanc a lancé son livre Orniartho and Friends : 25 ans d’échanges et de création au vignoble La Grande-Allée de Mont-Saint-Hilaire. Il pose ici devant Affolement, une de ses nombreuses œuvres collectives. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le 26 janvier, Stéphane Leblanc a lancé son livre Orniartho and Friends : 25 ans d’échanges et de création au vignoble La Grande-Allée de Mont-Saint-Hilaire. Il pose ici devant Affolement, une de ses nombreuses œuvres collectives. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

C’est en 1994 que l’artiste peintre Stéphane Leblanc a invité pour la première fois un inconnu à participer à la création d’une œuvre. C’était, sans le savoir, le premier « Friend » d’une longue série à collaborer avec celui qui a depuis adopté Orniartho comme nom d’artiste. Plus de 25 ans plus tard, l’Hilairemontais lance Orniartho and Friends : 25 ans d’échanges et de création, relatant son évolution comme artiste au fil des rencontres.

Stéphane Leblanc a créé un petit document il y a un an pour décrire la démarche de son projet Orniartho and Friends, mais avoue que l’idée d’en faire un livre ne lui avait jamais traversé l’esprit avant. « Même moi, j’ai réalisé en écrivant l’importance de ce projet. C’était thérapeutique pour moi. J’ai décidé de laisser une trace en créant un petit livre de 16, puis 32 pages. » L’inspiration lui a finalement permis d’en arriver à un livre d’une centaine de pages contenant textes et photos de ses créations collectives et de ses expériences mémorables des 25 dernières années.
En feuilletant Orniartho and Friends : 25 ans d’échanges et de création, on comprend vite que c’est le côté humain qui prime avant tout pour Stéphane Leblanc. « J’ai eu droit à tellement de sourires et de confidences grâce à Orniartho and Friends! Pour moi, ce n’est pas le résultat du tableau qui est important, mais la mémoire des rencontres et des échanges entre êtres humains », confirme-t-il. Stéphane Leblanc raconte donc, au fil des pages, les rencontres uniques qu’il a faites grâce à son projet d’art collectif de 1994 à 2019, année où il a même accepté l’apport artistique de son premier « Doggy Friend », et relate ses souvenirs de quelques entrevues accordées à différents médias dans la région.
« Dans chaque événement décrit dans le livre, j’essaie de parler d’une chose qui est arrivée pour la première fois pour montrer mon évolution », explique Orniartho. S’il n’a jamais tenu à compter le nombre de Friends à avoir collaboré à ses toiles collectives, il considère que leur contact lui a permis d’évoluer plus vite comme artiste et assure qu’il est loin d’en avoir fini avec ce projet « vertigineux » de laisser des inconnus peindre par-dessus ses créations pour les amener ailleurs.
Le livre Orniartho and Friends : 25 ans d’échanges et de création est maintenant disponible sur le site lulu.com ou directement auprès de Stéphane Leblanc à l’adresse orniartho@gmail.com.

Se laisser porter
Questionné sur ses projets en 2020, M. Leblanc souhaite « prendre le temps de savourer » la sortie de son livre avant de se lancer dans quelque chose d’autre. « J’ai déjà d’autres projets dans ma tête, mais je veux prendre une légère pause en 2020 et laisser le vent me porter. C’est important de ne pas trop se prendre au sérieux et de faire confiance à la vie. » Parmi ses projets potentiels, il pense à poursuivre sa série de toiles Regard instigateur (sur le thème du racisme et de la discrimination, qu’il a déjà présentée au Café du passeur) et confirme avoir reçu le mandat d’organiser des activités entourant la Fête nationale à Mont-Saint-Hilaire cet été encore. Sans oublier le Centre des arts Tout à fait d’accArt, qu’il a lancé en 2018 avec son conjoint, Michel David.

image