31 mars 2021
L’Œil sur le conseil
McMasterville en bref
Par: Denis Bélanger

Martin Dulac. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le conseil municipal de McMasterville se réunissait en séance ordinaire le 15 mars. Voici quelques faits saillants.

Publicité
Activer le son

Circulation près de l’école La Farandole
La Ville réalisera une étude de circulation et de sécurité des déplacements dans le secteur de l’école La Farandole. La firme retenue pour l’exercice, FNX-Innov, procèdera à une analyse de risque dans le but de favoriser les déplacements actifs des jeunes. Le contrat a été accordé au montant de 18 920 $.

Parc du Ruisseau-Bernard
Le vaste chantier de la revitalisation du parc Ruisseau-Bernard, considéré comme étant le joyau de la municipalité, se poursuit rondement alors que les élus ont adopté trois résolutions concernant le projet.
Le conseil entreprend les démarches pour obtenir une aide financière dans le cadre de l’Initiative canadienne pour des collectivités en santé, programme financé par le gouvernement fédéral. Le montant maximal qui peut être accordé est de 250 000 $. De plus, les élus ont adopté un règlement d’emprunt de 1,6 M$ pour effectuer des investissements pour plusieurs projets, dont la revitalisation du parc.
Le conseil a accordé un contrat de 5345 $ à la firme T2 Environnement pour effectuer l’inventaire de la faune avienne du parc.

Un tunnel plus accessible
La Municipalité aimerait rendre le tunnel Pierre-Wilson, situé à la gare, plus accessible pour les personnes à mobilité réduite ainsi que les cyclistes. Actuellement, les gens doivent emprunter un escalier pour accéder au tunnel. « C’est une configuration qui n’est donc pas toujours idéale », reconnaît le maire Martin Dulac.
Les élus ont mandaté la firme Groupe Conseil Génipur pour effectuer une analyse préliminaire de faisabilité du projet, et ce, au montant de 40 000 $.

Nouvel arrêt sur Joffre
Le maire Martin Dulac a confirmé qu’un arrêt serait ajouté sur la rue Joffre dès le printemps. Cette nouvelle fera le bonheur d’une citoyenne, Jeanne Guèvremont, qui a justement envoyé au conseil une demande de mesure d’atténuation de la vitesse. Elle estime qu’il y a un long tronçon de la rue qui est propice à de la vitesse excessive. Selon elle, les voitures dépassent d’ailleurs la limite permise de 50 km/h.
« La vitesse est une problématique pour l’ensemble des rues de la ville. Une partie de la solution se situe dans l’aménagement des rues. Chaque fois qu’on fait des travaux sur une rue, on va mettre des mesures d’apaisement, explique M. Dulac. Je tiens à rappeler que le conseil procèdera sur l’ensemble de la ville, à l’exception de zones scolaires et de parcs, à une réduction de limite de vitesse à 40 km/h. »

Tenir compte des cyclistes
McMasterville veut sensibiliser le ministère des Transports sur le fait qu’une portion de la rue Richelieu (route 223) attire maintenant davantage de cyclistes et que cet aspect soit tenu en compte dans les projets de revitalisation du secteur.

 

image