23 septembre 2020
La « meilleure » formule
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

À quelques jours de la tenue d’une consultation publique sur l’avenir du Golf Belœil, les esprits commencent à s’échauffer. Pas une semaine, voire une journée, ne passe sans qu’un intervenant tournant autour du dossier contacte notre équipe pour discuter du golf.

Publicité
Activer le son

Rappelons rapidement : le Club de Golf Belœil a conclu une entente avec les Habitations Mont-Royal pour bâtir trois résidences sur son terrain, pour un total de 226 logements. La vente d’une partie du terrain permettrait au Club de retirer un montant de 8 M$, ce qui pourrait l’aider à éponger sa dette. Mais la Ville doit accorder une modification de zonage au Golf et la Ville maintient depuis plusieurs mois qu’elle n’accorderait pas cette modification avant la tenue d’une consultation publique auprès des citoyens.
À ce moment du processus, nous en sommes à une guerre de chiffres et de définitions. Le Club, par l’entremise d’une firme de communication, nous rappelle que la population appuie avec une pétition signée par plus de 2000 personnes (pas tous de Belœil. Je suis peu ému par de telles conclusions et même si le Club prétend que son terrain vaut plus de 60 M$, je suis encore un peu sceptique devant ce nombre si le zonage ne permet pas la construction résidentielle).
De leur côté, les opposants au projet et ceux en faveur de l’acquisition du terrain par la Ville pour en faire un parc accusent la Ville de partialité. Je n’y crois pas non plus, même s’il est vrai que la Ville continue d’entretenir des canaux de discussion avec le Golf. Il faut dire que le Club a tout de même déposé une demande de changement de zonage en juillet dernier et qu’il est normal que ses dirigeants puissent continuer de discuter avec la Ville.
Et contrairement aux opposants, la formule d’une consultation à trois volets proposée par la Ville me convient. D’abord, une séance d’information avec période de questions en personne, avec des citoyens qui se sont montrés intéressés, où la Ville présentera les différentes options sur la table. Autant les gens du Golf que les opposants au projet pourront se prononcer, nous promet-on, et la séance sera disponible en ligne.
Cette séance sera suivie par un sondage réalisé auprès de 1600 personnes et les citoyens pourront aussi transmettre leur opinion, leurs avis et leurs mémoires directement à la Ville. Ceux qui veulent se prononcer pourront le faire.
Est-ce que c’est parfait? Probablement pas, mais l’alternative est-elle possible? Celle d’un immense lieu de rencontre où tout un chacun aurait pu donner son avis ou présenter ses faits. Non seulement la pandémie freine cette formule, mais je ne crois pas qu’elle aurait été adaptée de toute façon.
Maintenant, cette consultation tiendra la route seulement et seulement si la Ville a vraiment l’intention d’honorer sa prémisse de départ : l’écoute et la neutralité.
Dans une entrevue accordée à L’ŒIL, la mairesse de Beloeil, Diane Lavoie, se voulait rassurante : « Que le Club de golf ait des problèmes financiers, c’est son dossier. Je pense qu’il a été capable de défendre son dossier auprès des citoyens. Ce n’est pas à la mairesse ou au conseil de défendre ce dossier. Le groupe qui est pro-parc aura aussi la chance de donner ses informations. On est neutre dans la démarche. »
Espérons que le processus sera à la hauteur.

image