29 novembre 2020
2020 : un véritable casse-tête pour le CSVR
Par: Denis Bélanger

. Photothèque | L’Œil Régional ©

L’année 2020 a été difficile pour le Club de soccer de la Vallée-du-Richelieu (CSVR) en raison de la pandémie de la COVID-19. L’arrêt des activités aura notamment augmenté la charge de travail sur le plan administratif.

Publicité
Activer le son

Le confinement général du printemps est arrivé au mauvais moment pour l’organisme qui avait commencé les inscriptions plusieurs semaines auparavant. « Ça a été déstabilisant pour les employés. En raison de l’incertitude concernant la tenue des activités, nous avons dû gérer des demandes de remboursement et de crédit. Les systèmes n’avaient pas été conçus pour ça. Le système électronique bloquait aussi parfois des transactions », rapporte le président du CSVR, Nicolas Gamache.

Comme la plupart des sports d’été, la reprise des activités s’est faite à un rythme infernal puisque le gouvernement a annoncé vers la fin juin que la tenue de matchs serait permise. Cette annonce tardive a eu un impact sur le nombre d’inscriptions. « Habituellement, nous avions 2200 inscriptions et nous en avons eu la moitié à peu près », poursuit M.Gamache.

Le CSVR a pu lancer ses programmes d’été 2020 en juin pour les secteurs compétitif et récréatif et a pu les compléter avant que la pratique de sports d’équipes en zone rouge soit interdite à partir du 8 octobre. « Notons qu’il n’y a pas eu de séries éliminatoires dans le compétitif en raison de la situation. Les équipes ont pu néanmoins se déplacer dans les autres villes du circuit pour disputer les parties de la saison régulière comme c’était prévu. »

Nicolas Gamache reconnaît néanmoins que son organisation a dû répéter plusieurs fois le message sur le respect des mesures sanitaires et de la distanciation sociale pendant la saison estivale . « L’application des règles a été difficile. Pour plusieurs membres, ça semblait être quelque chose d’intangible. »

Le CSVR a par la suite dû mettre un frein à tous ses programmes automnaux en raison de l’imposition de normes plus sévères en zone rouge dès le début d’octobre. « Nous attendons de voir les directives que nous aurons pour la suite des choses et la reprise des activités. »

image