6 septembre 2018
IGA au centre-ville
L’Association des citoyens appelle à la vigilance
Par: Denis Bélanger

Pierre Nault. Photo: Denis Bélanger

L’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) lance un appel à tous les résidents de la municipalité pour qu’ils soient nombreux à assister le 12 septembre à la soirée d’information qui devrait dévoiler les grandes lignes du projet immobilier sur la rue Saint-Georges.

L’Hilairemontais et président de l’entreprise immobilière Odacité, Steve Richard, doit être sur place au pavillon Jordi-Bonet en face de l’hôtel de ville pour présenter aux citoyens son projet mixte résidentiel et commercial, dont le nouveau domicile du Marché Pepin qui changerait d’adresse après avoir occupé le même local depuis près de 40 ans. M. Richard s’est porté acquéreur cette année de toutes les propriétés résidentielles du côté impair de la rue et son projet serait voisin des commerces L’Eau Vive et Le pain dans les Voiles.

Dans une lettre envoyée à L’Œil Régional, le président de l’ACMSH, Pierre Nault, partage sa crainte que l’arrivée de cette grande surface sur Saint-Georges alourdisse la circulation.
«Est-ce que ce projet risque de dénaturer notre ville de Nature, notre ville champêtre? Il faut souligner qu’une grande surface en alimentation doit être approvisionnée, selon nos informations, par près de 200 livraisons par semaine, dont certaines qui seront faites la nuit et durant le weekend. Ce sont des camions de 53 pieds, 42 pieds, et 25 pieds qui défileront dans le quartier», peut-on notamment lire dans la missive.

Rappelons que le projet d’Odacité s’inscrit dans le cadre de réaménagement du centre-ville. On savait depuis janvier que M. Richard travaillait sur le dossier. En juin, l’homme d’affaires avait confirmé que des négociations avaient été amorcées avec la famille Pepin. À la séance du conseil municipal du mois d’août, le maire Yves Corriveau a confirmé la venue du IGA sur Saint-Georges.

L’ACMSH a d’ailleurs critiqué le bien-fondé de la rencontre de juin, avançant que plusieurs citoyens estimaient que les dés étaient déjà pipés. «Nombreux étaient les résidents qui, suivant cette soirée, nous ont communiqué avoir ressenti un grand manque de respect et une impression d’avoir été manipulés.»

Le regroupement de citoyens s’interroge également sur la viabilité de nouveaux commerces, étant donné que plusieurs espaces commerciaux sur la 116 sont présentement vides. L’ACMSH en a recensé plus de cinq d’ailleurs sur la portion hilairemontaise du boulevard Sir-Wildrid-Laurier

image