10 février 2017
Une remontée inoubliable
Par: Denis Bélanger
Bon ou mauvais perdant?

Bon ou mauvais perdant?

Oui, nous avons eu droit à toute une remontée historique des Patriots de la Nouvelle-Angleterre dimanche au Super Bowl. Les remontées sont toujours spéciales et elles n’ont pas besoin de se produire uniquement en séries pour être mémorables. Je n’oublierai jamais un petit match de saison régulière de hockey junior ayant opposé le 20 décembre 1998 les Saguenéens de Chicoutimi aux Mooseheads d’Halifax.

J’assistais à la rencontre à Chicoutimi en tant que bénévole pour l’Ambulance Saint-Jean. Le contexte de la rencontre était particulier. Tous les spectateurs, employés et bénévoles avaient été invités à donner des toutous aux enfants dans le besoin. Mon paternel, qui faisait aussi du bénévolat avec moi, avait mis le paquet en achetant des toutous neufs à l’effigie de certains personnages de Walt Disney. Le mot d’ordre était de lancer les peluches sur la glace au premier but marqué par les Saguenéens. Nous aurons attendu longtemps avant de nous libérer les bras.

La saison 1998-1999 n’a pas été la plus glorieuse. L’équipe n’a pas fait les séries et s’était vidée de tous ses meilleurs éléments au profit du Titan d’Acadie-Bathurst qui avait mis le paquet pour remporter les grands honneurs. Le début de match des Saguenéens le soir du 20 décembre n’avait rien de surprenant, mais c’était pénible.

Les Mooseheads ont compté les quatre premiers buts de la rencontre. Il a fallu attendre presque jusqu’à la huitième minute de la deuxième période pour avoir le feu vert de lancer les peluches sur la glace. Après le premier but des Sags, les Mooseheads ont répliqué pour reprendre une avance de quatre filets. Les Sags ont réduit l’écart à trois buts vers la fin du deuxième vingt, mais peu de partisans croyaient en une remontée.

Nous avons toutefois eu droit à toute une troisième période. Les Saguenéens ont marqué trois buts sans riposte pour forcer la tenue d’une prolongation. En surtemps, c’est le Sorelois Gregory Dupré qui a marqué le but victorieux pour Chicoutimi. Vous auriez dû voir la réaction de tous les joueurs de l’équipe. La joie était à son comble, comme si les gars venaient de gagner un championnat.

 

La phrase est clichée, mais ce n’est jamais fini tant que ce n’est pas fini. Évidemment, on n’a pas toujours la foi. Disons que dimanche dernier, je n’avais plus d’espoir de voir les Patriots gagner le Super Bowl à la fin du troisième quart. Mais l’histoire est pleine d’exemples où des avances  «insurmontables» ont été effacées. Ce genre d’exploit se répétera et je vous souhaite un jour de vivre l’expérience en direct.

image