9 août 2017
Une jeune fille atteinte du cancer
Une communauté se mobilise pour Amy
Par: Denis Bélanger
La petite Amy souffre d’une leucémie myéloïde aiguë. Photo: gracieuseté

La vie d’Éric Beaudoin et Vanaelle Atzenhoffer de Sainte-Madeleine a basculé dernièrement lorsqu’ils ont appris que leur fille de deux ans, Amy, était atteinte d’une forme de leucémie. Ils ne sont pas seuls dans ce combat, bénéficiant du soutien moral et financier de leurs proches et de la communauté.

s signes de maladie sont apparus le 19 juillet dernier, alors que la petite fille s’est mise à saigner du nez. Le verdict terrifiant pour des parents est tombé par la suite. «Ça arrive comme une grosse claque, raconte M. Beaudoin. Ta fille a bonne mine et une joie de vivre. Tu vas à l’hôpital, et une heure et demie plus tard, ça n’allait plus.»
Éric Beaudoin et Vanaelle Atzenhoffer ont décidé de s’absenter de leur travail pour être près de leur fille. Mais les comptes continuent de rentrer, étant propriétaires d’une maison. La mère d’un ami de M. Beaudoin a lancé sur le Web une campagne de sociofinancement. La réponse a été instantanée, alors qu’en 42 heures, 205 donateurs ont récolté 7 121 $. La somme totale récoltée jusqu’à maintenant est de plus de 9000$ pour un objectif de plus de 21 000$.
«Éric est un ami depuis le secondaire. Éric et Van viennent de s’acheter une maison à Sainte-Madeleine. On habite tout près l’un de l’autre. On se fréquente. Nous allons au parc ensemble avec nos enfants. Nos filles ont à peu près le même âge. On est comme des amis de père en fille. Ce qui arrive à Amy nous bouleverse. Il fallait faire quelque chose pour les aider», a dit Félix Fournier-Tréhout.
«Face à mon impuissance, si je peux aider mes amis à rester auprès de leur petite, ça me fait plaisir», ajoute pour sa part Jean-Christophe Lapierre.
«Les causes qui touchent les enfants malades et les familles dans le besoin me touchent toujours, d’autant plus que j’ai une petite sœur de 5 ans. S’il fallait que ça lui arrive, je serais dévastée et j’aimerais avoir le soutien des gens», déclare de son côté Katherine Brunet.
Séjour au manoir McDonald payé
De plus, Gilles Bédard de la franchise du McDonald’s de Saint-Hyacinthe a décidé volontairement de payer le séjour au Manoir Ronald McDonald de Montréal. C’est une résidence temporaire à prix modique où l’on accueille des parents provenant de régions éloignées (plus de 55 km) qui ont un enfant malade ayant besoin de soins dans un hôpital montréalais pour enfants.
«Nous avions payé les deux premières semaines et c’était notre but de payer les autres», raconte la mère d’Éric Beaudoin, Louise Dagenais. «Je ne croyais pas au départ que mon fils me disait la vérité (du don de M. Bédard), car il ne voulait pas que je paie le reste.»
Éric Beaudoin est très touché par cet élan de générosité. «Je suis dépassé par les événements, je ne m’attendais pas à autant», admet-il.
Pour contribuer à la campagne : https://www.onedollargift.com/ca-fr/Reve-Amy-Eric-et-Vanaelle-solidaires-contre-la-maladie-22314. n

image