Un argument belœillois pour encourager les Falcons


Publié le 2 février 2017

This is a 2012 photo of Lauzon of the Atlanta Falcons NFL football team. This image reflects the Falcons active roster as of 06/21/2012 when this image was taken.

CHRONIQUE. Dans l’esprit d’une majorité de partisans de football, toutes les raisons sont bonnes pour détester les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et leur souhaiter la défaite au Super Bowl dimanche. Mais ce sont des arguments négatifs qui sont évoqués. J’ai une raison positive pour vous, pour encourager les Falcons d’Atlanta. Un petit gars de Beloeil, le thérapeute Martin Lauzon, fait partie de l’organisation.

Martin Lauzon roule sa bosse dans la NFL depuis plus d’une décennie. Il en était cette année à une 6e année avec les Falcons, la troisième en tant que directeur de la médecine sportive et de la performance. Auparavant, il a travaillé pendant 10 saisons avec les Browns de Cleveland.


La victoire des Falcons dimanche permettrait à Martin Lauzon de réaliser un vieux rêve, soit de gagner le Super Bowl.

«Chaque mois de septembre, c’est le but de toutes les équipes! Tout le monde vit cet espoir, c’est notre but, c’est notre rêve, c’est pour ça qu’on travaille 15 heures par  jour, pour aller un jour au Super Bowl. Tous les sacrifices qu’on impose sont orientés vers ça, participer au plus gros show sur la planète. Rien d’autre. Oui, mon travail est valorisant, mais  comme tout le monde, je veux gagner et porter un jour ma bague de championnat», avait-il confié à L'Œil Régional, à l’époque où il travaillait avec les Browns.

Le nom de Lauzon est apparu cette semaine sur plusieurs dépêches en lien avec un procès intenté par d’anciens footballeurs professionnels. En fait, on a déposé au tribunal une chaîne de courriels montrant que les dirigeants des Falcons d'Atlanta se disaient inquiets en 2010 de la dépendance «excessive» de l'équipe envers les analgésiques. Martin Lauzon, le propriétaire Arthur Blank ainsi que le directeur général Thomas Dimitroff figuraient parmi les destinataires de la chaîne de courriels.

Tout un parcours

L’histoire de Martin Lauzon, qui se fait appeler Marty chez nos voisins du Sud, est hors du commun. Dans son jeune temps, il jouait au hockey et rêvait plutôt à la Ligue nationale de hockey comme gardien de but. Il s’apprêtait à aller étudier en médecine à   l’Université St. John’s au Minnesota quand tout a basculé en septembre 1988. Il est alors impliqué dans un terrible accident de voiture qui l’obligea à passer quatre mois sur un fauteuil roulant. 

En suivant son programme de rééducation, il a eu la piqûre pour la physiothérapie. Il a décidé par la suite d’abandonner la médecine pour s’inscrire en physiothérapie à l’automne 1990. Il a par la suite fait des stages avec le Machine de Montréal de la défunte ligue mondiale et les Rough Riders d’Ottawa de la Ligue canadienne de football. Il a continué à faire ses classes aux États-Unis. Un beau jour, il se fait offrir le poste de directeur de la réhabilitation pour tous les sports pratiqués à la prestigieuse Université de la Californie à Los Angeles (UCLA). Durant son séjour à l'UCLA, il a eu le privilège de participer deux fois au Rose Bowl. Il a éventuellement quitté la Cité des anges quand la direction des Brown lui a offert un job.

En raison du nombre élevé de demandes d'entrevue dans le cadre du Super Bowl, nous n’avons pas été en mesure de parler à Martin Lauzon.

 Miser pour Elsa

Vous vous souvenez de l’histoire de cette petite de Saint-Mathieu-de-Beloeil, Elsa, qui a été diagnostiquée en début d’année de la leucémie. J’ai décidé de gager avec des collègues de bureau et la cagnotte sera remise à la famille de la petite. Geneviève Robert, qui tout comme moi penche sentimentalement pour les Patriots, a décidé de miser 20$ contre moi sur une victoire des Falcons. Gilbert Desrosiers parie pour sa part 10$ contre moi sur la victoire d’Atlanta.