Québec débloque 2 M$ pour l’économie sociale

Publié le 5 mars 2016

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade

©La Presse Canadienne

MONTRÉAL – Les entreprises d’économie sociale dont les installations ont besoin de rénovation, d’agrandissement ou qui doivent changer de locaux devront faire vite: elles ont jusqu’au 31 mars pour présenter des projets qui pourraient être admissibles au Programme d’immobilisation en entrepreneuriat collectif (PIEC).

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, a lancé vendredi à Montréal le premier appel de projets, pour lequel 2 M$ ont été débloqués.

Mme Anglade a reconnu que l’échéancier était serré, mais elle s’est montrée confiante que cette contrainte ne soit pas un obstacle pour les entreprises intéressées.

«Il y a, à mon avis, beaucoup de projets qui vont être déposés dans les quatre prochaines semaines justement parce que les gens s’attendaient à ce que (le PIEC) soit déposé dans les prochains mois. Je pense qu’on aura une bonne panoplie de projets dans les quatre prochaines semaines», a déclaré la ministre.

Le PIEC dispose d’une enveloppe totale de 20 M$ sur cinq ans et une deuxième tranche de 3 M$ sera mise à la disposition des entreprises à compter du mois d’octobre prochain.

Le directeur général du Chantier de l’économie sociale, Jean-Martin Aussant, s’est réjoui de cette annonce, tout en reconnaissant que cette somme ne comblerait qu’une fraction des besoins des entreprises collectives.

«Je pense que ça se chiffre en centaines (de millions) voire en milliards de dollars à terme, sauf que chaque petite partie, chaque petit programme qui vient s’ajouter bénéficie aux entrepreneurs collectifs et c’est une très bonne nouvelle», a-t-il tenu à préciser.

Il a noté que l’expansion du secteur de l’économie sociale était soutenue par de nombreux entrepreneurs qui ont intégré la notion d’impact social dans leurs projets et investissements.

«J’espère que ce n’est pas une mode passagère», a cependant ajouté M. Aussant.

Selon la ministre Anglade, le secteur de l’économie sociale emploie 150 000 personnes dans quelque 7000 entreprises qui génèrent annuellement un chiffre d’affaires de 33 milliards $.

La Presse Canadienne

En manchette

Plus d’accidents mortels au Québec, sauf dans la région

FAIT DIVERS. Le bilan routier des quatre premiers mois de 2016 fait état d’une hausse de 30 décès sur les routes du Québec par rapport à la même période l’année précédente, sauf sur le territoire de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent (RIPRSL) où l’on signale une baisse.

Québec débloque 2 M$ pour l’économie sociale

Publié le 5 mars 2016

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade

©La Presse Canadienne


MONTRÉAL – Les entreprises d’économie sociale dont les installations ont besoin de rénovation, d’agrandissement ou qui doivent changer de locaux devront faire vite: elles ont jusqu’au 31 mars pour présenter des projets qui pourraient être admissibles au Programme d’immobilisation en entrepreneuriat collectif (PIEC).

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, a lancé vendredi à Montréal le premier appel de projets, pour lequel 2 M$ ont été débloqués.

Mme Anglade a reconnu que l’échéancier était serré, mais elle s’est montrée confiante que cette contrainte ne soit pas un obstacle pour les entreprises intéressées.

«Il y a, à mon avis, beaucoup de projets qui vont être déposés dans les quatre prochaines semaines justement parce que les gens s’attendaient à ce que (le PIEC) soit déposé dans les prochains mois. Je pense qu’on aura une bonne panoplie de projets dans les quatre prochaines semaines», a déclaré la ministre.

Le PIEC dispose d’une enveloppe totale de 20 M$ sur cinq ans et une deuxième tranche de 3 M$ sera mise à la disposition des entreprises à compter du mois d’octobre prochain.

Le directeur général du Chantier de l’économie sociale, Jean-Martin Aussant, s’est réjoui de cette annonce, tout en reconnaissant que cette somme ne comblerait qu’une fraction des besoins des entreprises collectives.

«Je pense que ça se chiffre en centaines (de millions) voire en milliards de dollars à terme, sauf que chaque petite partie, chaque petit programme qui vient s’ajouter bénéficie aux entrepreneurs collectifs et c’est une très bonne nouvelle», a-t-il tenu à préciser.

Il a noté que l’expansion du secteur de l’économie sociale était soutenue par de nombreux entrepreneurs qui ont intégré la notion d’impact social dans leurs projets et investissements.

«J’espère que ce n’est pas une mode passagère», a cependant ajouté M. Aussant.

Selon la ministre Anglade, le secteur de l’économie sociale emploie 150 000 personnes dans quelque 7000 entreprises qui génèrent annuellement un chiffre d’affaires de 33 milliards $.

La Presse Canadienne