Couillard promet «un signal très fort» pour l'éducation

Publié le 12 mars 2016

Le premier ministre Philippe Couillard prenait la parole vendredi devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

©La Presse Canadienne

BUDGET. Le premier ministre Philippe Couillard promet «un signal très fort» en faveur de l’éducation dans le budget de jeudi prochain, qui annoncera des réinvestissements à plusieurs niveaux du système éducatif.

Le premier ministre en a fait l’annonce, vendredi, alors qu’il prenait la parole devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Il n’a donné aucun chiffre, mais s’est engagé plus loin qu’à l’habitude, notamment après que le président et chef de la direction de la Chambre de commerce, Michel Leblanc, l’eut interrogé sur le financement des universités.

«Est-ce qu’on peut se dire que, dans la prochaine année, nos universités vont pouvoir commencer à voir venir des augmentations de budget, après ces années de vaches maigres?» a demandé M. Leblanc au premier ministre.

«On a réduit la croissance des budgets de l’éducation et je suis conscient que ç'a été difficile pour tous les niveaux de notre secteur de l’éducation et particulièrement pour nos institutions d’enseignement supérieur. Le budget qu’on présentera la semaine prochaine va donner un signal très fort. Il y aura un signal très fort et chiffré du niveau d’investissement pour l’éducation», a répondu M. Couillard.

Et il est même allé plus loin, ajoutant qu’il donnerait aussi une idée plus claire des réinvestissements en éducation à moyen terme. «Vous parlez de prévisibilité, donc on saura dans le réseau de l’éducation: voici le rythme d’augmentation des budgets, disons au cours des trois ou quatre prochaines années», a noté M. Couillard.

Il a également souligné que les réinvestissements en éducation toucheraient les infrastructures scolaires. De nombreux reportages ont en effet fait état de moisissures dans les écoles, de toits qui coulent et de locaux vétustes.

«Il y a beaucoup de besoins (pour les infrastructures scolaires), surtout ici, dans la grande région de Montréal. Et je crois qu’on aura ce qu’il faut pour y pourvoir et préserver également des moyens pour d’autres types d’infrastructures», a précisé le premier ministre.

M. Couillard n’a pas rencontré les journalistes après son allocution. Il a plutôt répondu à quelques questions du président de la Chambre de commerce.

À l’extérieur, des groupes communautaires manifestaient justement contre le sous-financement touchant notamment des groupes de femmes et des groupes qui viennent en aide aux personnes itinérantes et handicapées.

De même, la Fédération autonome de l’enseignement manifestait contre les compressions ayant touché le milieu de l’éducation, plus particulièrement les écoles primaires et secondaires.

La Presse Canadienne

En manchette

La Rive-Sud perd son titre de championne par 70 points

RÉSULTATS. La Rive-Sud n'est plus la région championne de l'athlétisme aux Jeux du Québec. Elle a perdu son titre par à peine 70,5 points sur plus de 8000 en jeu, aux mains de la puissante machine du Lac St-Louis que la Rive Sud avait détrônée aux Jeux de 2014 après 9 titres consécutifs.

La Rive-Sud sacrée championne par points et par médailles

RÉSULTATS. Jeux de grandes premières pour la Rive-Sud à la Finale de Montréal. Non seulement la région a été celle qui a récolté le plus de médailles de cette 51e Finale des Jeux du Québec, 99, soit 4 de plus que la Capitale-Nationale et 8 de plus que Lac St-Louis, elle a aussi remporté le titre de championne au classement des points avec 276,5, devant la Capitale-Nationale (237) et Lac St-Louis (213).

Couillard promet «un signal très fort» pour l'éducation

Publié le 12 mars 2016

Le premier ministre Philippe Couillard prenait la parole vendredi devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

©La Presse Canadienne


BUDGET. Le premier ministre Philippe Couillard promet «un signal très fort» en faveur de l’éducation dans le budget de jeudi prochain, qui annoncera des réinvestissements à plusieurs niveaux du système éducatif.

Le premier ministre en a fait l’annonce, vendredi, alors qu’il prenait la parole devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Il n’a donné aucun chiffre, mais s’est engagé plus loin qu’à l’habitude, notamment après que le président et chef de la direction de la Chambre de commerce, Michel Leblanc, l’eut interrogé sur le financement des universités.

«Est-ce qu’on peut se dire que, dans la prochaine année, nos universités vont pouvoir commencer à voir venir des augmentations de budget, après ces années de vaches maigres?» a demandé M. Leblanc au premier ministre.

«On a réduit la croissance des budgets de l’éducation et je suis conscient que ç'a été difficile pour tous les niveaux de notre secteur de l’éducation et particulièrement pour nos institutions d’enseignement supérieur. Le budget qu’on présentera la semaine prochaine va donner un signal très fort. Il y aura un signal très fort et chiffré du niveau d’investissement pour l’éducation», a répondu M. Couillard.

Et il est même allé plus loin, ajoutant qu’il donnerait aussi une idée plus claire des réinvestissements en éducation à moyen terme. «Vous parlez de prévisibilité, donc on saura dans le réseau de l’éducation: voici le rythme d’augmentation des budgets, disons au cours des trois ou quatre prochaines années», a noté M. Couillard.

Il a également souligné que les réinvestissements en éducation toucheraient les infrastructures scolaires. De nombreux reportages ont en effet fait état de moisissures dans les écoles, de toits qui coulent et de locaux vétustes.

«Il y a beaucoup de besoins (pour les infrastructures scolaires), surtout ici, dans la grande région de Montréal. Et je crois qu’on aura ce qu’il faut pour y pourvoir et préserver également des moyens pour d’autres types d’infrastructures», a précisé le premier ministre.

M. Couillard n’a pas rencontré les journalistes après son allocution. Il a plutôt répondu à quelques questions du président de la Chambre de commerce.

À l’extérieur, des groupes communautaires manifestaient justement contre le sous-financement touchant notamment des groupes de femmes et des groupes qui viennent en aide aux personnes itinérantes et handicapées.

De même, la Fédération autonome de l’enseignement manifestait contre les compressions ayant touché le milieu de l’éducation, plus particulièrement les écoles primaires et secondaires.

La Presse Canadienne