Philippe Couillard remaniera son conseil des ministres jeudi

Publié le 26 janvier 2016

© La Presse Canadienne

POLITIQUE. Le premier ministre Philippe Couillard remaniera finalement son conseil des ministres jeudi.

Un avis en ce sens a été transmis mardi en fin d'après-midi pour convoquer la presse au Salon rouge de l'Assemblée nationale jeudi matin.

Des rumeurs de remaniement couraient déjà depuis plusieurs mois et les partis d'opposition avaient aussi accentué la pression.

Pas plus tard que la semaine dernière, le Parti québécois réuni en caucus à Saguenay avait demandé au premier ministre de procéder à un remaniement afin de mettre fin à l'incertitude persistante qui nuisait à l'action gouvernementale.

Le leader parlementaire de l'opposition officielle, Bernard Drainville, avait notamment déclaré que personne ne pleurerait le départ du ministre du Développement économique, Jacques Daoust, du ministre de l'Environnement, David Heurtel, et de la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, qui ont été souvent critiqués au cours de la dernière année.

Philippe Couillard devra aussi statuer sur le sort de la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Lise Thériault. Elle est en congé de maladie prolongé depuis qu'elle s'est effondrée en larmes, dans le dossier des allégations de sévices commis par des policiers de la Sûreté du Québec sur des femmes autochtones, l'automne dernier.

Actuellement, c'est le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, qui assure l'intérim.

M. Couillard pourrait aussi profiter de cette occasion pour faire place à de nouveaux venus dans son équipe. Il a en effet réussi à faire élire au cours d'élections complémentaires des candidats libéraux qui jouissaient d'un certain renom.

Il y a notamment Sébastien Proulx, élu dans Jean-Talon, un ancien leader parlementaire adéquiste, mais aussi Dominique Anglade, dans Saint-Henri–Sainte-Anne, et Véronyque Tremblay, qui a réussi à ravir la circonscription de Chauveau à la Coalition avenir Québec.

C'est la deuxième fois que M. Couillard procédera à des ajustements à son cabinet depuis son arrivée au pouvoir il y a près de deux ans, en avril 2014. En février 2015, Yves Bolduc avait renoncé à sa fonction de ministre de l'Éducation à la suite d'une controverse sur les fouilles dans les écoles.

Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale de l'époque, François Blais, avait alors pris la relève, tandis que Sam Hamad avait hérité de son portefeuille, outre celui du Travail qu'il détenait déjà.

La Presse Canadienne

En manchette

Loi 76 sur le transport en commun: Une nouvelle taxe pour les automobilistes

TRANSPORT. Les automobilistes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) devront payer une nouvelle taxe de 45$ sur l’immatriculation afin de financer le transport en commun. Cette somme est établie dans la loi 76 sur la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal, adoptée le 19 mai.

Le CISSS revoit l'implantation de deux maisons de naissances

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux Montérégie-Est (CISSSME) renvoie à la case départ le déploiement de maisons de naissances dans la région. Alors que le plan de l'ancienne Agence de la santé prévoyait deux maisons de naissances sur le territoire de Longueuil et Saint-Hyacinthe, la mise en place du CISSSME remet en question les projections initiales.

Philippe Couillard remaniera son conseil des ministres jeudi

Publié le 26 janvier 2016

© La Presse Canadienne


POLITIQUE. Le premier ministre Philippe Couillard remaniera finalement son conseil des ministres jeudi.

Un avis en ce sens a été transmis mardi en fin d'après-midi pour convoquer la presse au Salon rouge de l'Assemblée nationale jeudi matin.

Des rumeurs de remaniement couraient déjà depuis plusieurs mois et les partis d'opposition avaient aussi accentué la pression.

Pas plus tard que la semaine dernière, le Parti québécois réuni en caucus à Saguenay avait demandé au premier ministre de procéder à un remaniement afin de mettre fin à l'incertitude persistante qui nuisait à l'action gouvernementale.

Le leader parlementaire de l'opposition officielle, Bernard Drainville, avait notamment déclaré que personne ne pleurerait le départ du ministre du Développement économique, Jacques Daoust, du ministre de l'Environnement, David Heurtel, et de la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, qui ont été souvent critiqués au cours de la dernière année.

Philippe Couillard devra aussi statuer sur le sort de la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Lise Thériault. Elle est en congé de maladie prolongé depuis qu'elle s'est effondrée en larmes, dans le dossier des allégations de sévices commis par des policiers de la Sûreté du Québec sur des femmes autochtones, l'automne dernier.

Actuellement, c'est le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, qui assure l'intérim.

M. Couillard pourrait aussi profiter de cette occasion pour faire place à de nouveaux venus dans son équipe. Il a en effet réussi à faire élire au cours d'élections complémentaires des candidats libéraux qui jouissaient d'un certain renom.

Il y a notamment Sébastien Proulx, élu dans Jean-Talon, un ancien leader parlementaire adéquiste, mais aussi Dominique Anglade, dans Saint-Henri–Sainte-Anne, et Véronyque Tremblay, qui a réussi à ravir la circonscription de Chauveau à la Coalition avenir Québec.

C'est la deuxième fois que M. Couillard procédera à des ajustements à son cabinet depuis son arrivée au pouvoir il y a près de deux ans, en avril 2014. En février 2015, Yves Bolduc avait renoncé à sa fonction de ministre de l'Éducation à la suite d'une controverse sur les fouilles dans les écoles.

Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale de l'époque, François Blais, avait alors pris la relève, tandis que Sam Hamad avait hérité de son portefeuille, outre celui du Travail qu'il détenait déjà.

La Presse Canadienne