Attentat au Burkina Faso: les témoignages continuent d'affluer

Charles Lalande redaction_quebec@tc.tc Publié le 19 janvier 2016

Le couple formé d’Yves Carrier et de Gladys Chamberland a péri avec leurs deux enfants, Maude et Charlelie. Louis Chabot et Suzanne Bernier, deux amis de la famille, y ont également laissé leurs vies.

©TC Media – Charles Lalande

LAC-BEAUPORT. La municipalité de Lac-Beauport a tenu, lundi soir, une cérémonie rendant hommage aux victimes de l’attentat au Burkina Faso.

Le couple formé d’Yves Carrier et de Gladys Chamberland a péri avec leurs deux enfants, Maude et Charlelie. Louis Chabot et Suzanne Bernier, deux amis de la famille, y ont également laissé leurs vies.

Des djihadistes liés au groupe extrémiste Al-Qaïda ont causé la mort de 29 personnes en plus d’en blesser une trentaine, vendredi. Les événements se sont déroulés devant un hôtel et un café d’Ouagadougou, la capitale du pays.

Initiative de Louise Brunet, la mairesse de Lac-Beauport, cette cérémonie en toute simplicité avait pour but de réunir une communauté endeuillée. «Je ressens une tristesse profonde. C’est une tragédie. Les mots ne sont pas assez forts», a-t-elle lancé, visiblement émue.

Des centaines de personnes se sont déplacées. Certains ont déposé des fleurs devant la table où des photos des victimes étaient affichées. Une minute de silence a été observée avant le début de la cérémonie.

Charlelie a travaillé au camp de jour en tant que moniteur quelques étés. De nombreux collègues étaient réunis avec leur chandail de moniteur. Philippe Trudel a pris la parole au micro pour saluer son ami d’enfance. «Il était une personne tellement simple, dotée d’un sens de l’humour remarquable. ''Chop'', je t’aime.»

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, était également sur place. Il a tenu à se présenter comme citoyen de la province, et non pas pour l’homme politique qu’il est. «C’est difficile, injuste et cruel. Ce sont des personnes qui faisaient le bien. Merci de ce que vous avez fait et pour ce que vous comptiez faire. On reste ensemble, uni, malgré la douleur.»

Il y a quelques années, M. Couillard s’était présenté au Lac-Beauport et il avait rencontré Charlelie. Ils avaient d’ailleurs pris une photo ensemble. À son arrivée à la vigile, une femme lui a remis la photo en souvenir.

Le député fédéral de la circonscription de Portneuf–Jacques-Cartier, Joël Godin, a ensuite pris la parole. «Je suis heureux de voir une communauté se regrouper dans des moments aussi difficiles. Poursuivons ce qu’ils ont entrepris, un monde plus juste et plus humain.»

Pleurant à chaudes larmes les morts de ses grands-parents, de son oncle et de sa tante, Olivia Carrier, une jeune adolescente, s’est dit «très fière de ce qu’ils ont accompli et qu’ils vont nous protéger là-haut.» 

En manchette

Basketball masculin: les garçons ratent le doublé contre Montréal

ARGENT. La finale tant attendue entre la Rive-Sud et Montréal pour l'or en basketball masculin a donné lieu à un duel enlevant devant des gradins remplis, au complexe Pierre-Charbonneau de Montréal, mais la fin a été amère pour l’équipe de la banlieue, qui s’est inclinée 42 à 35, se contentant de l'argent contrairement aux filles de la Rive-Sud, victorieuses une heure plus tôt.

La Sûreté du Québec a les plaisanciers à l'oeil

C'est le temps de vacances, comme le chantait le regretté Pierre Lalonde, le temps de la pêche et surtout, des activités nautiques telles la planche à voile, le «paddle board», la motomarine, la plage et les "p'tits tours en bateau", à voile et à moteur.

Attentat au Burkina Faso: les témoignages continuent d'affluer

Charles Lalande redaction_quebec@tc.tc Publié le 19 janvier 2016

Le couple formé d’Yves Carrier et de Gladys Chamberland a péri avec leurs deux enfants, Maude et Charlelie. Louis Chabot et Suzanne Bernier, deux amis de la famille, y ont également laissé leurs vies.

©TC Media – Charles Lalande


LAC-BEAUPORT. La municipalité de Lac-Beauport a tenu, lundi soir, une cérémonie rendant hommage aux victimes de l’attentat au Burkina Faso.

Le couple formé d’Yves Carrier et de Gladys Chamberland a péri avec leurs deux enfants, Maude et Charlelie. Louis Chabot et Suzanne Bernier, deux amis de la famille, y ont également laissé leurs vies.

Des djihadistes liés au groupe extrémiste Al-Qaïda ont causé la mort de 29 personnes en plus d’en blesser une trentaine, vendredi. Les événements se sont déroulés devant un hôtel et un café d’Ouagadougou, la capitale du pays.

Initiative de Louise Brunet, la mairesse de Lac-Beauport, cette cérémonie en toute simplicité avait pour but de réunir une communauté endeuillée. «Je ressens une tristesse profonde. C’est une tragédie. Les mots ne sont pas assez forts», a-t-elle lancé, visiblement émue.

Des centaines de personnes se sont déplacées. Certains ont déposé des fleurs devant la table où des photos des victimes étaient affichées. Une minute de silence a été observée avant le début de la cérémonie.

Charlelie a travaillé au camp de jour en tant que moniteur quelques étés. De nombreux collègues étaient réunis avec leur chandail de moniteur. Philippe Trudel a pris la parole au micro pour saluer son ami d’enfance. «Il était une personne tellement simple, dotée d’un sens de l’humour remarquable. ''Chop'', je t’aime.»

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, était également sur place. Il a tenu à se présenter comme citoyen de la province, et non pas pour l’homme politique qu’il est. «C’est difficile, injuste et cruel. Ce sont des personnes qui faisaient le bien. Merci de ce que vous avez fait et pour ce que vous comptiez faire. On reste ensemble, uni, malgré la douleur.»

Il y a quelques années, M. Couillard s’était présenté au Lac-Beauport et il avait rencontré Charlelie. Ils avaient d’ailleurs pris une photo ensemble. À son arrivée à la vigile, une femme lui a remis la photo en souvenir.

Le député fédéral de la circonscription de Portneuf–Jacques-Cartier, Joël Godin, a ensuite pris la parole. «Je suis heureux de voir une communauté se regrouper dans des moments aussi difficiles. Poursuivons ce qu’ils ont entrepris, un monde plus juste et plus humain.»

Pleurant à chaudes larmes les morts de ses grands-parents, de son oncle et de sa tante, Olivia Carrier, une jeune adolescente, s’est dit «très fière de ce qu’ils ont accompli et qu’ils vont nous protéger là-haut.»