Une année judiciaire mouvementée au Québec

Publié le 27 décembre 2015

Guy Turcotte a été reconnu coupable du meurtre non prémédité de ses jeunes enfants, Olivier et Anne-Sophie.

©La Presse Canadienne

MONTRÉAL. L’année judiciaire 2015 au Québec aura été marquée par des revirements de situation comme dans l’affaire Guy Turcotte, mais aussi par le dénouement de procès de personnalités telles que le chanteur Claude Dubois, le hockeyeur Guy Lafleur et l’ancienne représentante de la reine au Québec, Lise Thibault.

Le second procès de l’ex-cardiologue Guy Turcotte s’est terminé en décembre par un verdict radicalement différent de celui rendu lors du premier.

L’homme a été reconnu coupable du meurtre non prémédité de ses jeunes enfants, Olivier et Anne-Sophie. Après le premier procès tenu en 2011, le jury l’avait plutôt déclaré non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux, ce qui avait déclenché une vague de protestations de la population en colère. Cette défense n’a pas fonctionné à son second procès et l’homme a écopé d’une peine de prison à vie.

Le terrorisme a aussi été au centre de procédures bien particulières au palais de justice de Montréal cette année. Deux jeunes étudiants montréalais, El Mahdi Jamali et Sabrine Djermane, ont plaidé non coupable, en avril, aux accusations d’avoir tenté de quitter le Canada en vue de commettre un acte terroriste à l’étranger, de possession d’une substance explosive dans un dessein dangereux et d’avoir commis un acte au profit ou sous la direction d’un groupe terroriste. Pour ces crimes, ils risquent la prison à vie.

Des personnalités du monde des arts, du sport et de la politique ont aussi défrayé les manchettes judiciaires cette année.

L’ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault a écopé d’une peine de prison de 18 mois après avoir plaidé coupable à des accusations de fraude et d’abus de confiance. Elle devra par ailleurs rembourser 300 000$ aux gouvernements du Québec et du Canada.

Des rapports de vérificateurs fédéral et provincial avaient déterminé qu’elle avait réclamé plus de 700 000$ de dépenses injustifiées durant son règne, notamment pour de nombreuses fêtes de famille, des excursions à la cabane à sucre et des sorties de golf et de ski.

Dans sa décision, le juge Carol St-Cyr a évoqué la «culture de la tromperie» qu’elle avait entretenue, ainsi que son absence de remords. C’était la première fois au Canada qu’une ancienne représentante de Sa Majesté prenait le chemin de la prison. Ce fut seulement pour quelques jours pour le moment, car elle a porté sa peine en appel.

Quant au chanteur Claude Dubois, c’est une peine de 90 jours en prison qui lui a été imposée après qu’il eut conduit en état d’ébriété pendant que ses enfants étaient dans sa voiture. Le juge lui a aussi imposé une interdiction de conduire pendant trois ans.

De son côté, l’ancien joueur du Canadien de Montréal Guy Lafleur a perdu sa cause contre le procureur général du Québec, une policière et la Ville de Montréal.

Il les avait poursuivis pour de 2,16 M$ parce qu’il estimait qu’ils avaient agi de façon abusive en l’arrêtant en 2008 et en l’accusant de parjure dans la cause criminelle de son fils Mark, afin que celui-ci puisse être remis en liberté.

La Presse Canadienne

 

En manchette

Un policier réintégré au travail après avoir volé du temps

JUSTICE Un arbitre de grief a récemment invalidé le congédiement du policier Bertrand Déry à qui l'on reprochait d'avoir «volé du temps». La Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent (RIPRSL) se tourne maintenant vers la Cour supérieure pour infirmer la décision.

La NBA viable à Montréal?

Le basketball occupe un plus grand espace médiatique ces temps-ci grâce au parcours des Raptors de Toronto en séries de la National Basketball Association (NBA). Cet engouement relance le débat à savoir si Montréal pourrait avoir une franchise viable de la NBA. Il y en a un qui est convaincu, Pascal Jobin, intervenant de choix pour les médias quand vient le temps de commenter l'actualité du basketball. Jobin, qui est également entraîneur de l'équipe masculine du cégep Édouard-Montpetit, sera d'ailleurs analyste pour le tournoi olympique féminin cet été durant les Jeux de Rio.

Une année judiciaire mouvementée au Québec

Publié le 27 décembre 2015

Guy Turcotte a été reconnu coupable du meurtre non prémédité de ses jeunes enfants, Olivier et Anne-Sophie.

©La Presse Canadienne


MONTRÉAL. L’année judiciaire 2015 au Québec aura été marquée par des revirements de situation comme dans l’affaire Guy Turcotte, mais aussi par le dénouement de procès de personnalités telles que le chanteur Claude Dubois, le hockeyeur Guy Lafleur et l’ancienne représentante de la reine au Québec, Lise Thibault.

Le second procès de l’ex-cardiologue Guy Turcotte s’est terminé en décembre par un verdict radicalement différent de celui rendu lors du premier.

L’homme a été reconnu coupable du meurtre non prémédité de ses jeunes enfants, Olivier et Anne-Sophie. Après le premier procès tenu en 2011, le jury l’avait plutôt déclaré non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux, ce qui avait déclenché une vague de protestations de la population en colère. Cette défense n’a pas fonctionné à son second procès et l’homme a écopé d’une peine de prison à vie.

Le terrorisme a aussi été au centre de procédures bien particulières au palais de justice de Montréal cette année. Deux jeunes étudiants montréalais, El Mahdi Jamali et Sabrine Djermane, ont plaidé non coupable, en avril, aux accusations d’avoir tenté de quitter le Canada en vue de commettre un acte terroriste à l’étranger, de possession d’une substance explosive dans un dessein dangereux et d’avoir commis un acte au profit ou sous la direction d’un groupe terroriste. Pour ces crimes, ils risquent la prison à vie.

Des personnalités du monde des arts, du sport et de la politique ont aussi défrayé les manchettes judiciaires cette année.

L’ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault a écopé d’une peine de prison de 18 mois après avoir plaidé coupable à des accusations de fraude et d’abus de confiance. Elle devra par ailleurs rembourser 300 000$ aux gouvernements du Québec et du Canada.

Des rapports de vérificateurs fédéral et provincial avaient déterminé qu’elle avait réclamé plus de 700 000$ de dépenses injustifiées durant son règne, notamment pour de nombreuses fêtes de famille, des excursions à la cabane à sucre et des sorties de golf et de ski.

Dans sa décision, le juge Carol St-Cyr a évoqué la «culture de la tromperie» qu’elle avait entretenue, ainsi que son absence de remords. C’était la première fois au Canada qu’une ancienne représentante de Sa Majesté prenait le chemin de la prison. Ce fut seulement pour quelques jours pour le moment, car elle a porté sa peine en appel.

Quant au chanteur Claude Dubois, c’est une peine de 90 jours en prison qui lui a été imposée après qu’il eut conduit en état d’ébriété pendant que ses enfants étaient dans sa voiture. Le juge lui a aussi imposé une interdiction de conduire pendant trois ans.

De son côté, l’ancien joueur du Canadien de Montréal Guy Lafleur a perdu sa cause contre le procureur général du Québec, une policière et la Ville de Montréal.

Il les avait poursuivis pour de 2,16 M$ parce qu’il estimait qu’ils avaient agi de façon abusive en l’arrêtant en 2008 et en l’accusant de parjure dans la cause criminelle de son fils Mark, afin que celui-ci puisse être remis en liberté.

La Presse Canadienne