Garderies: le PQ accuse le gouvernement de vouloir niveler par le bas

Publié le 26 novembre 2015

©TC Media - Archives

POLITIQUE. Le Parti québécois accuse le gouvernement de vouloir niveler par le bas avec un plan de compressions de 120 M$ dans les services de garde.

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a affirmé jeudi que le gouvernement veut s'inspirer des coûts d'exploitation plus bas des garderies à but lucratif pour les imposer au programme des centres de la petite enfance.

«Le gouvernement libéral s'évertue à l'affaiblir, a-t-il dit au Salon bleu. Il a, depuis un an et demi, tout fait pour favoriser les garderies privées, et maintenant il veut couper 120 M$ en procédant à un nivellement par le bas dans tout le réseau des garderies subventionnées.»

Selon M. Péladeau, des compressions de cette ampleur représentent l'équivalent du salaire de 2800 éducatrices qui travaillent avec les enfants.

«C'est 12% de ces éducatrices qui travaillent dans nos centres de la petite enfance, des postes occupés majoritairement par des femmes», a-t-il dit.

Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé que le gouvernement remet en question les performances de gestion du secteur des services de garde.

«Je trouve qu'il est tout à fait correct de s'inspirer des meilleures gestionnaires possible, d'avoir les services publics de la meilleure qualité possible pour le meilleur prix possible», a-t-il dit.

En répondant à M. Péladeau en Chambre, M. Couillard a cependant soutenu que cette opération vise à rehausser les pratiques de gestion des établissements moins performants.

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a exprimé son intérêt jeudi à comprendre pourquoi certains établissements sont plus performants que d'autres.

Tout en affirmant qu'aucune décision n'est prise, Mme Charbonneau a toutefois fait référence à une éventuelle mesure de leur performance qui s'établirait en fonction du tiers le plus performant.

«On ne peut pas passer à côté du fait qu'il faut se poser des questions sur pourquoi il y a un tiers performant, pourquoi en ce moment il y en a qui réussissent très bien et qu'il y en a qui ont des difficultés», a-t-elle dit.

Mme Charbonneau a refusé de dire si cette préoccupation pour la gestion dans les services de garde pourrait se traduire par des pertes de postes.

Les regroupements du secteur des services de garde ont d'ailleurs annoncé jeudi, en fin d'après-midi, qu'ils se retiraient des discussions qu'ils avaient entreprises cet automne avec le ministère de la Famille au sujet de leur financement.

Ils ont pris cette décision au terme d'une rencontre à Montréal avec des représentants du gouvernement.

La Presse Canadienne

En manchette

Jour 5: une médaille en athlétisme

BILAN. En ce premier jour de compétition du deuxième bloc, Richelieu-Yasmaska a savouré quelques victoires dans les sports d’équipes et décroché une médaille en athlétisme. Richelieu-Yamaska a maintenant remporté 17 médailles depuis le début des Jeux du Québec.

Des entraîneurs de grande classe

OPINION. Ce ne sont pas tous les entraîneurs qui ont mon respect. J’en ai vu des vertes et des pas mûres en trois Jeux du Québec. J’en ai entendu des pas pires aussi. Mais je dois lever mon chapeau à Marc Jussaume et à Laurie Champagne-Généreux, les entraîneurs de l’équipe féminine de volleyball de Richelieu-Yamaska.

Garderies: le PQ accuse le gouvernement de vouloir niveler par le bas

Publié le 26 novembre 2015

©TC Media - Archives


POLITIQUE. Le Parti québécois accuse le gouvernement de vouloir niveler par le bas avec un plan de compressions de 120 M$ dans les services de garde.

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a affirmé jeudi que le gouvernement veut s'inspirer des coûts d'exploitation plus bas des garderies à but lucratif pour les imposer au programme des centres de la petite enfance.

«Le gouvernement libéral s'évertue à l'affaiblir, a-t-il dit au Salon bleu. Il a, depuis un an et demi, tout fait pour favoriser les garderies privées, et maintenant il veut couper 120 M$ en procédant à un nivellement par le bas dans tout le réseau des garderies subventionnées.»

Selon M. Péladeau, des compressions de cette ampleur représentent l'équivalent du salaire de 2800 éducatrices qui travaillent avec les enfants.

«C'est 12% de ces éducatrices qui travaillent dans nos centres de la petite enfance, des postes occupés majoritairement par des femmes», a-t-il dit.

Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé que le gouvernement remet en question les performances de gestion du secteur des services de garde.

«Je trouve qu'il est tout à fait correct de s'inspirer des meilleures gestionnaires possible, d'avoir les services publics de la meilleure qualité possible pour le meilleur prix possible», a-t-il dit.

En répondant à M. Péladeau en Chambre, M. Couillard a cependant soutenu que cette opération vise à rehausser les pratiques de gestion des établissements moins performants.

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a exprimé son intérêt jeudi à comprendre pourquoi certains établissements sont plus performants que d'autres.

Tout en affirmant qu'aucune décision n'est prise, Mme Charbonneau a toutefois fait référence à une éventuelle mesure de leur performance qui s'établirait en fonction du tiers le plus performant.

«On ne peut pas passer à côté du fait qu'il faut se poser des questions sur pourquoi il y a un tiers performant, pourquoi en ce moment il y en a qui réussissent très bien et qu'il y en a qui ont des difficultés», a-t-elle dit.

Mme Charbonneau a refusé de dire si cette préoccupation pour la gestion dans les services de garde pourrait se traduire par des pertes de postes.

Les regroupements du secteur des services de garde ont d'ailleurs annoncé jeudi, en fin d'après-midi, qu'ils se retiraient des discussions qu'ils avaient entreprises cet automne avec le ministère de la Famille au sujet de leur financement.

Ils ont pris cette décision au terme d'une rencontre à Montréal avec des représentants du gouvernement.

La Presse Canadienne