Ottawa entend désormais accueillir 25 000 réfugiés d'ici la fin février

Publié le 24 novembre 2015

Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum.

©La Presse Canadienne

OTTAWA. Le gouvernement fédéral entend toujours accueillir 25 000 réfugiés syriens, mais seulement 10 000 arriveront avant la fin de l'année. Les 15 000 supplémentaires devraient arriver d'ici la fin du mois de février 2016.

Les troupes libérales reviennent également sur une autre de leurs promesses, alors que seulement 15 000 réfugiés seront parrainés par le gouvernement, contrairement aux 25 000 annoncés en campagne électorale.

Le gouvernement a dévoilé mardi les modalités de sélection de l'arrivée de réfugiés de Syrie fuyant leur pays en guerre. Le coût total de cette opération à grand déploiement s'élèvera à 678 M$ sur une période de six ans.

On ignore pour l'instant la répartition par provinces de ces nouveaux arrivants qui fouleront le sol canadien.

Ottawa accordera la priorité aux populations les plus vulnérables: les familles, les femmes seules, les minorités sexuelles et également les hommes célibataires s'ils accompagnent leurs parents.

Le processus de sélection se fera entièrement dans les bureaux canadiens de Jordanie, du Liban et de Turquie. Les réfugiés choisis seront ensuite amenés à Toronto ou Montréal par des vols nolisés, avant de se rendre dans leurs communautés d'accueil, qui devraient se trouver aux quatre coins du Canada.

Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum (photo), a vanté ce plan comme n'étant «pas un projet fédéral, ce n'est pas même un projet gouvernemental, c'est un projet national pour tous les Canadiens».

Il a tenté d'expliquer le délai de deux mois supplémentaires par la nécessité de faire les choses correctement. «Parce que nous voulons accueillir ces réfugiés non seulement avec un sourire, mais avec une maison, avec un logement et avec toutes les autres choses dont ils auront besoin afin de commencer leur vie ici au Canada avec leur famille», a justifié le ministre au cours d'une conférence de presse mardi après-midi, à Ottawa.

Mardi, le ministre intérimaire de la Sécurité publique du Québec, Pierre Moreau, n'a pas voulu commenter l'impact de la décision d'Ottawa d'étendre jusqu'à février son plan pour recevoir 25 000 réfugiés à travers le Canada.

«Nous on a toujours dit qu'il fallait respecter un rythme qui était correct, a-t-il dit. L'objectif, c'est de bien accueillir ces gens-là, de nous assurer d'une part que nous serons totalement prêts sur le plan logistique et ça, je vous l'assure. On en fera la démonstration demain, le Québec est prêt, nous y travaillons depuis plusieurs semaines.»

La Presse Canadienne

En manchette

Piscine municipale: le conseil reporte sa décision

BELŒIL. Les élus de Belœil souhaitent prendre davantage de temps pour réfléchir à l'avenir du projet de piscine municipale. Les élus annonceront leur décision lors de la séance publique du conseil municipal du 11 juillet, date légale à laquelle le conseil est tenu de prendre une décision.

Ottawa entend désormais accueillir 25 000 réfugiés d'ici la fin février

Publié le 24 novembre 2015

Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum.

©La Presse Canadienne


OTTAWA. Le gouvernement fédéral entend toujours accueillir 25 000 réfugiés syriens, mais seulement 10 000 arriveront avant la fin de l'année. Les 15 000 supplémentaires devraient arriver d'ici la fin du mois de février 2016.

Les troupes libérales reviennent également sur une autre de leurs promesses, alors que seulement 15 000 réfugiés seront parrainés par le gouvernement, contrairement aux 25 000 annoncés en campagne électorale.

Le gouvernement a dévoilé mardi les modalités de sélection de l'arrivée de réfugiés de Syrie fuyant leur pays en guerre. Le coût total de cette opération à grand déploiement s'élèvera à 678 M$ sur une période de six ans.

On ignore pour l'instant la répartition par provinces de ces nouveaux arrivants qui fouleront le sol canadien.

Ottawa accordera la priorité aux populations les plus vulnérables: les familles, les femmes seules, les minorités sexuelles et également les hommes célibataires s'ils accompagnent leurs parents.

Le processus de sélection se fera entièrement dans les bureaux canadiens de Jordanie, du Liban et de Turquie. Les réfugiés choisis seront ensuite amenés à Toronto ou Montréal par des vols nolisés, avant de se rendre dans leurs communautés d'accueil, qui devraient se trouver aux quatre coins du Canada.

Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum (photo), a vanté ce plan comme n'étant «pas un projet fédéral, ce n'est pas même un projet gouvernemental, c'est un projet national pour tous les Canadiens».

Il a tenté d'expliquer le délai de deux mois supplémentaires par la nécessité de faire les choses correctement. «Parce que nous voulons accueillir ces réfugiés non seulement avec un sourire, mais avec une maison, avec un logement et avec toutes les autres choses dont ils auront besoin afin de commencer leur vie ici au Canada avec leur famille», a justifié le ministre au cours d'une conférence de presse mardi après-midi, à Ottawa.

Mardi, le ministre intérimaire de la Sécurité publique du Québec, Pierre Moreau, n'a pas voulu commenter l'impact de la décision d'Ottawa d'étendre jusqu'à février son plan pour recevoir 25 000 réfugiés à travers le Canada.

«Nous on a toujours dit qu'il fallait respecter un rythme qui était correct, a-t-il dit. L'objectif, c'est de bien accueillir ces gens-là, de nous assurer d'une part que nous serons totalement prêts sur le plan logistique et ça, je vous l'assure. On en fera la démonstration demain, le Québec est prêt, nous y travaillons depuis plusieurs semaines.»

La Presse Canadienne