Le gouvernement Trudeau dit avoir hérité d'une situation économique précaire

Publié le 20 novembre 2015

Le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau.

©La Presse Canadienne

FINANCES. Le gouvernement Trudeau affirme que le gouvernement conservateur précédent a laissé les finances publiques dans un état plus précaire que ce qui était anticipé.

En dépit de ces nouveaux obstacles, le ministre des Finances, Bill Morneau (photo), a réitéré hier son intention de déposer un budget écrit à l'encre noire d'ici la tenue du prochain scrutin fédéral.

Dans sa mise à jour économique, il prévoit que le gouvernement Trudeau devra composer avec environ 6 milliards $ de moins que ce qui était prévu dans le dernier budget conservateur déposé en avril dernier.

Par exemple, le surplus de 2,4 milliards $ prévu pour 2015-2016 – incluant la somme de 1 milliard $ en cas d'imprévus – prévu en avril dernier par les conservateurs sera plutôt un déficit de 3 milliards $.

Cela ne tient pas compte des coûteuses promesses électorales figurant dans la plateforme électorale libérale, ainsi que les bénéfices anticipés par le plan gouvernemental visant à stimuler l'économie, notamment grâce à d'importantes dépenses dans les infrastructures.

Les libéraux fédéraux avaient proposé des déficits d'un peu moins de 10 milliards $ pour les deux premières années de leur mandat, suivi d'un d'environ 5,7 milliards $ au cours de la troisième année.

«Le gouvernement a hérité de ces projections fiscales», souligne la mise à jour économique.

Ottawa affirme que le climat économique s'est détérioré depuis avril dernier en raison de dépenses plus élevées et de revenus en deçà des attentes à cause de la chute du prix des ressources naturelles, l'incertitude économique mondiale ainsi que la faiblesse de la reprise aux États-Unis depuis le début de l'année.

«Les risques liés à l'économie canadienne tendent à fléchir», indique le document, qui ajoute que l'économie a repris du poil de la bête au cours des derniers mois.

La Presse Canadienne

En manchette

Les Huskies étaient si près...

Les Huskies sont passés bien près de remporter la Coupe Memorial, mais ils ont dû s'avouer vaincus par la marque de 3 à 2 en prolongation face aux Knights de London.

Un policier réintégré au travail après avoir volé du temps

JUSTICE Un arbitre de grief a récemment invalidé le congédiement du policier Bertrand Déry à qui l'on reprochait d'avoir «volé du temps». La Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent (RIPRSL) se tourne maintenant vers la Cour supérieure pour infirmer la décision.

Le gouvernement Trudeau dit avoir hérité d'une situation économique précaire

Publié le 20 novembre 2015

Le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau.

©La Presse Canadienne


FINANCES. Le gouvernement Trudeau affirme que le gouvernement conservateur précédent a laissé les finances publiques dans un état plus précaire que ce qui était anticipé.

En dépit de ces nouveaux obstacles, le ministre des Finances, Bill Morneau (photo), a réitéré hier son intention de déposer un budget écrit à l'encre noire d'ici la tenue du prochain scrutin fédéral.

Dans sa mise à jour économique, il prévoit que le gouvernement Trudeau devra composer avec environ 6 milliards $ de moins que ce qui était prévu dans le dernier budget conservateur déposé en avril dernier.

Par exemple, le surplus de 2,4 milliards $ prévu pour 2015-2016 – incluant la somme de 1 milliard $ en cas d'imprévus – prévu en avril dernier par les conservateurs sera plutôt un déficit de 3 milliards $.

Cela ne tient pas compte des coûteuses promesses électorales figurant dans la plateforme électorale libérale, ainsi que les bénéfices anticipés par le plan gouvernemental visant à stimuler l'économie, notamment grâce à d'importantes dépenses dans les infrastructures.

Les libéraux fédéraux avaient proposé des déficits d'un peu moins de 10 milliards $ pour les deux premières années de leur mandat, suivi d'un d'environ 5,7 milliards $ au cours de la troisième année.

«Le gouvernement a hérité de ces projections fiscales», souligne la mise à jour économique.

Ottawa affirme que le climat économique s'est détérioré depuis avril dernier en raison de dépenses plus élevées et de revenus en deçà des attentes à cause de la chute du prix des ressources naturelles, l'incertitude économique mondiale ainsi que la faiblesse de la reprise aux États-Unis depuis le début de l'année.

«Les risques liés à l'économie canadienne tendent à fléchir», indique le document, qui ajoute que l'économie a repris du poil de la bête au cours des derniers mois.

La Presse Canadienne