12 avril 2017
Michel Barrette accueille ses amis chanteurs et humoristes
Par: Vincent Guilbault
Michel Barrette avant d'entrer sur scène.

Michel Barrette avant d'entrer sur scène.

SPECTACLE. On connaît l’humoriste, le comédien, l’animateur. De plus en plus le collectionneur et l’homme d’affaires. Michel Barrette endosse maintenant aussi le rôle de diffuseur culturel avec sa nouvelle salle de spectacles, inauguré cette semaine entre les murs de l’hôtel Les Trois Tilleuls, à Saint-Marc-sur-Richelieu.

Lorsqu’on entre dans le restaurant rénové du premier bâtiment, on découvre un décor moderne, un bar revampé et surtout, une superbe vue sur la terrasse et la rivière.

«Je voulais garder la qualité, explique Michel Barrette. Nous avons tout changé l’ameublement. Il n’y avait pas de terrasse», s’exclame-t-il, stupéfait que les anciens propriétaires n’aient pas profité de la vue sur la rivière.

En formule souper-spectacle, les clients sont ensuite invités à passer par le tunnel vers le bâtiment de l’hôtel, où se trouve la salle. Avant, ce passage accueillait une cave à vin, déplacée pour des raisons logistiques. Maintenant, le tunnel propose en exposition une (petite) partie de la collection de l’artiste.

Une fois dans l’hôtel, on peut encore sentir l’odeur du Spa Givenchy. Le spa, reconverti en salle de spectacles, n’était pas rentable selon l’artiste.

Il a décidé de convertir le spa après avoir présenté en 2016 son spectacle et quelques représentations d’humour de style «laboratoire». Succès instantané: «26 représentations à guichet fermé, dit-il. J’ai donc fait tomber les murs, installé un système de son et d’éclairage neuf, avec des chaises»

Un nouvelle salle dans la région

En plus du bar et du service aux tables pendant la représentation, les spectateurs peuvent profiter des grandes fenêtres avec vue sur la rivière. Une belle salle de style cabaret avec un peu plus de 200 places.

Déjà, ça se bouscule, autant chez les artistes (il en refuse) que chez le public (il doit ajouter des représentations). Une preuve, pense M. Barrette, qu’il y avait une demande pour une salle comme la sienne.

Vincent Vallière ou Michel Rivard, qui s’exécuteront cet été sur la scène des Trois Tilleuls, ne pourront pas débarquer avec tous leurs musiciens, donne-t-il en exemple. «Ça va être plus intime».

Du côté humour, Dominique et Martin, Katherine Levac, Mario Jean et bien d’autres complètent la programmation de la première année. L’an prochain, Michel Barrette aimerait présenter un spectacle chaque semaine, alternant entre humour et musique, dans «la plus sympathique salle en formule cabaret au Québec» dit-il.

 

Michel Barrette «le radoteux»

Impossible d’aborder un seul sujet avec Michel Barrette. Voici quelques extraits de l’entrevue.

Sur son amour des gens: «Mon fils de 10 ans, Jonathan, me trouve radoteux. On croise une dame à la sortie de l’école. Je commence à lui parler. Il dit: »non, mon père va commencer une anecdote, il va parler pendant 30 minutes et moi j’ai hâte d’aller à la maison. Madame, ça va aller à une autre fois ». Que veux-tu, j’aime le monde.»

Concernant son hôtel: «C’est bien une offre de plus d’hébergement, à proximité de Montréal. Et c’est magnifique, une belle place. Le mont Saint-Hilaire, la rivière. Ça fait 20 ans que je suis dans le coin. Les gens viennent ici de la Rive-Sud, de Montréal, de Québec. Je suis content, car ils découvrent la région. Je suis fier de Chicoutimi, mais je suis fier d’être ici, on m’a accueilli. C’est mon chez nous»

Sur sa collection: En montrant un cadre sur le mur: «Ça, c’est une invitation à l’inauguration de Barak Obama et de Joe Biden. J’ai celles de Nixon, Kennedy, Ford, j’ai une carte de fête de Reagan.» Il plonge au hasard dans un classeur. Il montre la carte de détenu du boxeur Dave Hilton:«Ça me vient du gars qui lui servait des repas. Dave Hilton lui a donné […], il me l’a vendue.»

Sur l’achat de l’hôtel: «J’ai tout revampé. Je venais ici comme client et les Trois Tilleuls avait une réputation de  »relais château très chic ». C’est bien correct, mais je voulais rendre ça plus populaire, faire rentrer le monde, pas juste quelques privilégiés. Moi, je ne suis pas comme ça dans la vie, j’aime savoir que je peux rentrer où je veux.»

Sur l’image des Trois Tilleuls: «Le plus dur de l’exercice, c’était de ramener des clients qui ne venaient plus pour toute sorte de raisons ou d’attirer les gens qui ne venaient pas à cause du prix. Maintenant, la bière ici, elle est au même prix qu’ailleurs. On peut avoir du fun, bien manger, mais tu peux aussi dépenser et partir sur une dérape. Je veux aussi attirer les motos. Je veux les attirer autant que les gens d’affaires pour une réunion.»

image