19 avril 2017
Jusqu’à 4 ans d’attente pour un dermatologue
Par: Karine Guillet
Exaspérés par l'attente, des patients en dermatologie finissent par baisser les bras ou faire leurs recherches eux-mêmes.

Exaspérés par l'attente, des patients en dermatologie finissent par baisser les bras ou faire leurs recherches eux-mêmes.

SANTÉ. Le temps d’attente pour consulter un dermatologue peut s’étirer jusqu’à quatre ans à l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe. 

Selon des données compilées par la Coalition Avenir Québec (CAQ), 1571 patients seraient présentement en attente d’une consultation avec un dermatologue en Montérégie-Est. 

Alors que certains patients témoignent avoir eu un rendez-vous en quelques mois,  d’autres racontent avoir attendu plusieurs années, en vain.

Une patiente, Josée, raconte avoir attendu quatre ans pour une consultation au CLSC des Patriotes, même avec une recommandation de son médecin. Elle doit dorénavant se rendre à Saint-Jean-sur-Richelieu pour continuer ses traitements.

Amélie témoigne dans le même sens: «Au CLSC des Patriotes, on ne m’a jamais répondu, ça doit faire plus de 3 ans que ma requête leur a été envoyée. J’avais trouvé un dermatologue à Longueuil, très disponible. Il vient toutefois de prendre sa retraite.»

Delphine raconte avoir attendu un an avant d’obtenir une consultation au CLSC des Patriotes. Elle dit avoir trouvé un spécialiste de la peau ailleurs après avoir appris par le bouche-à-oreille que la clinique belœilloise n’avait plus de dermatologues.

Julie a pour sa part tout simplement décidé d’abandonner après quatre ans d’attente.

Un seul dermatologue à Saint-Hyacinthe

À Saint-Hyacinthe, il n’y a présentement qu’un seul dermatologue en poste, l’autre poste étant vacant.  Deux des trois postes de dermatologues sont également vacants à l’hôpital Pierre-Boucher de Longueuil.

Le spécialiste de Saint-Hyacinthe a réalisé pour sa part 2202 consultations entre janvier 2016 et avril 2017.  

La porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME), Magali Dupont, précise que l’attente à l’hôpital Honoré-Mercier peut varier de quelques semaines à quatre ans, selon la priorisation de consultation faite par le dermatologue. «Certaines demandes ne seront jamais traitées dans notre établissement lorsqu’il s’agit d’esthétique vu la taille importante de la liste d’attente», ajoute Mme Dupont.

À Pierre-Boucher, le dermatologue ne prend tout simplement plus de nouveaux patients autres que ceux référés par les médecins de l’urgence ou des autres unités de soin. Les autres sont référés vers une clinique  du territoire.

Aucune liste

Le porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis, a dénoncé la situation en Montérégie. Aucune  donnée sur la liste d’attente n’est disponible en Montérégie-Ouest et le CISSS Montérégie-Centre n’offre pas cette spécialité aux patients.  «C’est inacceptable. Les dermatologues offrent des services essentiels  et traitent de problèmes sérieux, comme l’eczéma, le psoriasis et les cancers de la peau. On ne peut pas jouer ainsi avec la santé des patients qui vivent en Montérégie», a-t-il dit.

Selon Mme Dupont, la dermatologie sera prise en charge par le Centre de répartition des demandes de service (CRDS) de la Montérégie en septembre. «Le CRDS a été mis sur pied pour faciliter l’accès aux services spécialisés pour la population. Il facilite le travail des médecins de famille de première ligne en leur garantissant l’accès aux services spécialisés pour l’évaluation de leurs usagers et donne aux médecins spécialistes l’assurance que la demande reçue est orientée et priorisée adéquatement», a-t-elle expliqué.

image