11 août 2017
Elle chute en raison de la chaussée glissante
Elle réclame près de 15 000$ à l’Office municipal d’habitation
Par: Denis Bélanger
Luc Delisle tenant les radiographies du poignet de sa conjointe. Photo : Denis Bélanger

Une locataire de l’Office municipal d’habitation (OMH) de Mont-Saint-Hilaire s’est fracturé le poignet gauche après avoir chuté dans le stationnement. Elle et son conjoint tiennent responsable l’organisme, car ils affirment que la chaussée était glissante et n’avait pas été enduite de sel. Ils réclament à l’OMH près de 15 000$ à titre de dédommagement. L’événement s’est toutefois produit le 15 mars dernier, soit le jour de la tempête qui avait laissé jusqu’à 60 cm de neige sur la Rive-Sud.

La sexagénaire Jacqueline Tanguay Delisle affirme être sortie de son logement vers 10h pour aller dégager son véhicule afin qu’il soit prêt à sortir à l’arrivée des camions de déneigement. «C’est un règlement de l’OMH, il faut déneiger notre voiture. Si on ne dégage pas, ils nous appellent pour y aller», renchérit Mme Tanguay Delisle. «Je ne peux sortir dehors, j’ai des problèmes de coeur», ajoute le conjoint de la femme, Luc Delisle. «La tempête était terminée lorsqu’elle est sortie dehors.»

Après avoir terminé de pelleter, une heure et demie plus tard, Jacqueline Tanguay Delisle a voulu regagner son logement. Elle ne pouvait pas emprunter le trottoir de l’édifice de l’OMH, car le véhicule de déneigement l’aurait enseveli de neige. Elle a ainsi marché sur le pavé, qui était glacé et non enduit de sel à cet endroit, et a ainsi perdu pied. Le couple affirme que plusieurs autres personnes ont chuté dans ce stationnement cette journée-là.

Mme Tanguay Delisle a finalement dû être opérée à l’hôpital Honoré-Mercier deux jours plus tard. L’équipe médicale a même inséré une plaque de métal dans son poignet. «On m’a dit que ça (la mobilité du poignet) ne reviendra jamais à 100 %», souligne la femme qui n’a d’ailleurs pas conduit depuis l’événement.

Le couple a d’abord entamé des procédures judiciaires à la division des petites créances de la Cour du Québec. Cependant, un article du Code de procédure civile indique que les dispositions de recouvrement aux petites créances ne s’appliquent pas aux demandes reliées à un bail. Le bail du couple prévoit que l’enlèvement de la neige dans le stationnement relève de la responsabilité de l’OMH. Ils ont dû faire leur demande à la régie du logement du Québec (RDL), laquelle a été déposée en mai. Selon un porte-parole de la RDL, aucune date d’audience n’a encore été fixée pour ce dossier.

De son côté, l’OMH n’a pas voulu commenter et expliquer le dossier en raison du recours. «Le dossier a été transmis à notre assureur. Nous sommes en attente d’une date d’audience», a déclaré la directrice Élisabeth Roberge.

image