Les défenseurs du logement social exigent des engagements des partis

Publié le 13 septembre 2015

«Plus de 123 000 ménages vont perdre leurs subventions fédérales au logement social», a indiqué le porte-parole du FRAPRU, François Saillant.

©Métro - Archives

POLITIQUE. Alors que la campagne électorale bat son plein, différents groupes pressent les partis politiques de s’engager à cesser de réduire les subventions fédérales dédiées au logement social.

Réunis dans la circonscription montréalaise de Papineau hier pour célébrer les 30 ans de la coopérative d’habitation Nos Rêves, la Fédération des coopératives d’habitation intermunicipale du Montréal métropolitain (FÉCHIMM) et le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ont tenu à interpeller tous les partis, sans exception.

«Plus de 123 000 ménages vont perdre leurs subventions fédérales au logement social, a indiqué le porte-parole du FRAPRU, François Saillant. Le NPD et les libéraux se sont engagés à protéger les subventions existantes, mais il faudra les talonner après l’élection.»

M. Saillant souhaite particulièrement plus d’engagements de la part du Parti libéral, qui ne parle pas de «logement social, mais plutôt de logement abordable», d’où l’idée de tenir un événement dans la circonscription où se présente le chef libéral Justin Trudeau.

À l’enjeu: l’Aide assujettie au contrôle du revenu, qui permet à des personnes à faible revenu qui résident dans une coopérative d’habitation de recevoir une compensation monétaire pour leur loyer. Ces compensations sont régies par des conventions qui lient les coopératives à la Société canadienne d’hypothèque et de logement.

«Le gouvernement Harper a décidé que lorsque la convention arrive à terme, que la compensation était finie», a expliqué un membre du conseil d’administration de FÉCHIMM, Pierre-Alain Cotnoir. Cela fait que des gens qui consacrent déjà une partie substantielle de leur revenu pour se loger devraient en consacrer encore plus, sinon ils doivent quitter leur coopérative.»

Selon les chiffres de l’organisme, 40 coopératives ont déjà vu leur convention prendre fin dans la région de Montréal et cela arrivera 313 autres d’ici 2028. Ils estiment que plus de 3000 ménages perdront ainsi l’Aide assujettie au contrôle du revenu qui permet à plusieurs familles de jouir d’un logement décent à prix modique.

«Certaines coopératives qui ont vu leur convention finir, se sont mis à faire une sélection de gens qui ont des revenus plus importants, en tenant compte qu’il n’y aurait pas d’AACR, puisque la coop doit survivre et payer son hypothèque», a soutenu M. Cotnoir.

Le NPD «s’est engagé fermement» à rétablir cette subvention, a souligné la coordonnatrice à la mobilisation et à la vie associative de la FÉCHIMM, Louise Constantin.

«On aimerait ça entendre les libéraux se mouiller un peu plus, a indiqué M. Cotnoir. On ne se fait pas d’illusion du côté des conservateurs, mais il faut les interpeller aussi et le Bloc, qui pourrait pousser dans le dos des députés une fois élus.»

Métro

En manchette

Jour 5: une médaille en athlétisme

BILAN. En ce premier jour de compétition du deuxième bloc, Richelieu-Yasmaska a savouré quelques victoires dans les sports d’équipes et décroché une médaille en athlétisme. Richelieu-Yamaska a maintenant remporté 17 médailles depuis le début des Jeux du Québec.

Des entraîneurs de grande classe

OPINION. Ce ne sont pas tous les entraîneurs qui ont mon respect. J’en ai vu des vertes et des pas mûres en trois Jeux du Québec. J’en ai entendu des pas pires aussi. Mais je dois lever mon chapeau à Marc Jussaume et à Laurie Champagne-Généreux, les entraîneurs de l’équipe féminine de volleyball de Richelieu-Yamaska.

Les défenseurs du logement social exigent des engagements des partis

Publié le 13 septembre 2015

«Plus de 123 000 ménages vont perdre leurs subventions fédérales au logement social», a indiqué le porte-parole du FRAPRU, François Saillant.

©Métro - Archives


POLITIQUE. Alors que la campagne électorale bat son plein, différents groupes pressent les partis politiques de s’engager à cesser de réduire les subventions fédérales dédiées au logement social.

Réunis dans la circonscription montréalaise de Papineau hier pour célébrer les 30 ans de la coopérative d’habitation Nos Rêves, la Fédération des coopératives d’habitation intermunicipale du Montréal métropolitain (FÉCHIMM) et le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ont tenu à interpeller tous les partis, sans exception.

«Plus de 123 000 ménages vont perdre leurs subventions fédérales au logement social, a indiqué le porte-parole du FRAPRU, François Saillant. Le NPD et les libéraux se sont engagés à protéger les subventions existantes, mais il faudra les talonner après l’élection.»

M. Saillant souhaite particulièrement plus d’engagements de la part du Parti libéral, qui ne parle pas de «logement social, mais plutôt de logement abordable», d’où l’idée de tenir un événement dans la circonscription où se présente le chef libéral Justin Trudeau.

À l’enjeu: l’Aide assujettie au contrôle du revenu, qui permet à des personnes à faible revenu qui résident dans une coopérative d’habitation de recevoir une compensation monétaire pour leur loyer. Ces compensations sont régies par des conventions qui lient les coopératives à la Société canadienne d’hypothèque et de logement.

«Le gouvernement Harper a décidé que lorsque la convention arrive à terme, que la compensation était finie», a expliqué un membre du conseil d’administration de FÉCHIMM, Pierre-Alain Cotnoir. Cela fait que des gens qui consacrent déjà une partie substantielle de leur revenu pour se loger devraient en consacrer encore plus, sinon ils doivent quitter leur coopérative.»

Selon les chiffres de l’organisme, 40 coopératives ont déjà vu leur convention prendre fin dans la région de Montréal et cela arrivera 313 autres d’ici 2028. Ils estiment que plus de 3000 ménages perdront ainsi l’Aide assujettie au contrôle du revenu qui permet à plusieurs familles de jouir d’un logement décent à prix modique.

«Certaines coopératives qui ont vu leur convention finir, se sont mis à faire une sélection de gens qui ont des revenus plus importants, en tenant compte qu’il n’y aurait pas d’AACR, puisque la coop doit survivre et payer son hypothèque», a soutenu M. Cotnoir.

Le NPD «s’est engagé fermement» à rétablir cette subvention, a souligné la coordonnatrice à la mobilisation et à la vie associative de la FÉCHIMM, Louise Constantin.

«On aimerait ça entendre les libéraux se mouiller un peu plus, a indiqué M. Cotnoir. On ne se fait pas d’illusion du côté des conservateurs, mais il faut les interpeller aussi et le Bloc, qui pourrait pousser dans le dos des députés une fois élus.»

Métro